Le délégué de la Fondation Bardot démissionne après les propos racistes de l'ancienne actrice sur les Réunionnais

Brigitte Bardot avait qualifié, le 19 mars, les habitants de l'île de l'océan indien de "population dégénérée", évoquant des "traditions barbares" et une "île démoniaque". 

Didier Dérand, ex-délégué à la Fondation Bardot, à Saint-Gilles-les-Bains (La Réunion), le 19 août 2012.
Didier Dérand, ex-délégué à la Fondation Bardot, à Saint-Gilles-les-Bains (La Réunion), le 19 août 2012. (RICHARD BOUHET / AFP)

Il ne pouvait pas cautionner les mots de Brigitte Bardot, malgré ses excuses. Après vingt-cinq ans au service de la Fondation Brigitte-Bardot, le Réunionnais Didier Dérand, délégué à la Fondation, a remis, mardi 26 mars, sa démission après les propos de l'ancienne actrice, rapporte 20 Minutes

Dans une lettre ouverte au préfet, Brigitte Bardot avait qualifié, le 19 mars, les Réunionnais de "population dégénérée", évoquant des "traditions barbares" et une "île démoniaque". "Les autochtones ont gardé leurs gènes de sauvages", y écrivait-elle, accusant les Réunionnais de "barbarie" quant au sort soi-disant réservé aux chiens et chats, ou évoquant les "fêtes indiennes tamoules avec décapitations de chèvres et boucs en offrande à leurs dieux". Quelques jours plus tard, Brigitte Bardot avait rétropédalé et présenté ses excuses.

Insuffisant pour Didier Dérand. "Sans être jamais venue chez nous, vous vous en prenez aux Réunionnais de façon globale, a-t-il écrit dans une lettre. Vous ignorez totalement nos traditions de tolérance et de vivre-ensemble dans une île de métissage et multiculturelle ! Ne vous rendez-vous pas compte que de telles outrances sapent le travail de base de tous ceux qui, au sein de la Fondation, tentent d'améliorer la condition animale ? !"