La SPA attaque les corridas en justice

Ce plan d'actions judiciaires s'appuie sur le statut des animaux, reconnus depuis 2015 dans le Code civil comme des êtres vivants doués de sensibilité.

Une corrida dans les arènes de Nîmes (Gard), le 16 septembre 2017.
Une corrida dans les arènes de Nîmes (Gard), le 16 septembre 2017. (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La SPA s'attaque aux corridas. La Société protectrice des animaux a déposé plainte à Paris pour "sévices graves et actes de cruauté" envers les taureaux et les chevaux. Sa plainte vise les toreros, les organisateurs et les municipalités qui autorisent ces manifestations. La SPA l'a annoncé jeudi 9 novembre lors d'une conférence de presse.

Ce plan d'actions judiciaires s'appuie sur le statut des animaux, qui sont reconnus depuis 2015 dans le Code civil comme des êtres vivants doués de sensibilité, a expliqué Eric Gaftarnik, secrétaire général de la SPA.

Les cirques, abattoirs et laboratoires bientôt visés

La présidente de la SPA, Natacha Harry, a décidé de "s'engager de manière énergique sur un grand plan d'actions judiciaires contre les tortionnaires des bêtes". Dans les neuf mois à venir, la SPA compte mener des actions judiciaires sur quatre grands thèmes : les animaux de divertissement (corrida, chasse à courre, cirque) ; les animaux d'élevage (destinés à l'abattoir et tués pour la fourrure) ; les animaux d'expérimentation et enfin les animaux domestiques, avec l'espoir qu'ils soient reconnus comme "personnalité juridique ou technique".

Concernant les animaux d'élevage et leur abattage avec ou sans étourdissement, la SPA entend mener ses actions devant les juridictions européennes "en concertation et en accord" avec des associations de consommateurs. Son objectif est que le consommateur soit informé de la méthode d'abattage.