La reproduction des dauphins en captivité ne sera finalement pas interdite, tranche le Conseil d'Etat

Le parc Marineland d'Antibes (Alpes-Maritimes) et plusieurs parcs marins avaient déposé un recours contre cet arrêté, estimant qu'il condamnait, à terme, l'activité des delphinariums français.

Des dauphins photographiés au large de la Polynésie Française, le 4 août 2017. 
Des dauphins photographiés au large de la Polynésie Française, le 4 août 2017.  (VINCENT TRUCHET / BIOSPHOTO / AFP)

Cette annonce va provoquer la colère des associations de protection des animaux sauvages. Lundi 29 janvier, le Conseil d'Etat a annulé un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins en captivité, car il a été pris "au terme d'une procédure de consultation irrégulière". Cet arrêté pris le 3 mai dernier par Ségolène Royal, alors ministre de l'Ecologie, interdisait la reproduction en captivité de l'espèce Tursiops truncatus, les grands dauphins. Il avait été modifié avant sa publication, alors qu'il ne prévoyait au début qu'un "contrôle étroit de la reproduction des dauphins".

Le parc Marineland d'Antibes (Alpes-Maritimes), plus grand parc d'attractions marin d'Europe et plusieurs parcs marins avaient déposé un recours contre cet arrêté, estimant qu'il condamnait, à terme, l'activité des delphinariums français. Ils estimaient que cet arrêté avait été adopté "au terme d’une procédure irrégulière et qu’il portait une atteinte disproportionnée au principe de liberté du commerce et de l’industrie".