Alpes-de-Haute-Provence : rencontre avec Sandrine Pilati, éleveuse de lapins angoras

Depuis dix ans, une passionnée élève des lapins angoras pour leur laine, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle utilise des techniques de filage très anciennes.

FRANCE 3

Cette énorme boule de poil, c'est Mickey, un des quarante lapins angoras de Sandrine Pilati. Au programme aujourd'hui : brossage soigneux, car cette éleveuse récolte les poils particulièrement doux et abondants de ces animaux. "Ils ont une mue tous les 110 jours, et quand on attrape le poil, il vient tout seul, donc je récolte uniquement ce qui vient avec mon peigne", explique-t-elle. "Si on ne le fait pas, il y a des bouloches - il en a déjà un peu d'ailleurs - ils les mangent, et ils peuvent se faire des occlusions intestinales".

Une laine d'une finesse extrême

Une fois rentrée dans son atelier, cette éleveuse de Bras-d'Asse (Alpes-de-Haute-Provence) devient artisan. Elle pratique le filage rouet, un travail minutieux et chronophage, entièrement à la main, à l'ancienne. "J'ai eu un coup de coeur pour ce geste ancestral en le voyant pratiqué", confie l'éleveuse. Et le résultat est étonnant : bonnets, mitaines, cache-cols d'une douceur et d'une chaleur incroyable. Des produits d'exception, car la laine de lapin est d'une finesse extrême : 13 microns.

Photo non datée d\'un lapin angora épilée dans un élevage. Le cliché a été publié par l\'association de défense des animaux One Voice.
Photo non datée d'un lapin angora épilée dans un élevage. Le cliché a été publié par l'association de défense des animaux One Voice. (ONE VOICE / AFP)