Abandon des animaux de compagnie : les gérants d'animalerie pas convaincus par le certificat de sensibilisation

Le ministre de l'Agriculture souhaite créer un certificat pour sensibiliser les maîtres à leur responsabilité alors que 100 000 animaux sont abandonnés chaque année en France. Les professionnels du secteur suggère plutôt de former les acheteurs.

Article rédigé par
Alia Doukali - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des lapins nains dans une animalerie de Mulhouse (Haut-Rhin). Photo d'illustration. (JEAN-FRANÇOIS FREY / MAXPPP)

"Un animal n'est ni un produit, ni un jouet", affirmait Julien Denormandie, dimanche 20 décembre. Le ministre de l'Agriculture a annoncé la création d'un certificat de sensibilisation délivré à toute personne souhaitant acheter un animal de compagnie. Cette mesure s'inscrit dans un plan contre la maltraitance animale visant à faire baisser le nombre d'abandons d'animaux estimé à 100 000 chaque année.

Croisée dans une animalerie, entre les colliers et les croquettes, Béatrice venue acheter de nouveaux jouets à Zeus, son chien de quatre ans, est convaincue par l'intérêt du certificat de sensibilisation. "C'est vrai que les gens font n'importe quoi, surtout en période de fêtes. On offre un petit chat, un petit chien ou un lapin et puis finalement deux mois après ces animaux se retrouvent en famille d'accueil ou à la SPA. C'est dramatique, déplore la retraitée parisienne. Les gens ne se responsabilisent pas du tout, ils ne se rendent pas compte de ce que ça demande."

Former les maîtres aux contraintes qui les attendent

Notamment se lever aux aurores pour la promenade comme Béatrice le fait tous les jours. Mais ce n'est pas en signant un bout de papier que les gens seront poussés à le faire estime Chloé. Elle tient une animalerie depuis 10 ans et doute de la pertinence d'un certificat : "Ce n'est que de l'administratif, il n'y a rien de concret derrière. Les gens vont signer pour dire qu'ils vont nourrir leur chien, le sortir trois fois pas jour. Cela ne changera pas leur décision à l'avenir, leur comportement, ça n'aura pas réellement d'impact."

Pour Chloé la sensibilisation des futurs maîtres passe par le dialogue, la pédagogie qu'elle s'emploie à pratiquer auprès des futurs propriétaires. Laure, gérante elle aussi d'une animalerie estime qu'avant toute acquisition, il faudrait une vraie formation : "Où on leur explique ce qu'est un chat, un chien. Actuellement c'est de la consommation. 'J'achète, je consomme, je jette'.

On utilise l'animal et puis quand on en a marre ou que l'on s'aperçoit que ça a un coût ou que l'on ne peut pas partir en vacances, et bien on s'en débarrasse. Donc il faut une formation, c'est indispensable."

Laure, gérante d'une animalerie

à franceinfo

Aucune formation n'est envisagée pour le moment par le gouvernement. La création du certificat de sensibilisation doit être examinée le 26 janvier à l'Assemblée nationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.