Le gouvernement veut lutter contre l'abandon des animaux de compagnie

Environ 100 000 animaux de compagnies, surtout des chiens et des chats, sont abandonnés chaque année en France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des chiots en cage, le 2 novembre 2020, à Riversaltes dans les Pyrenees-Orientales. (IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS / AFP)

Certificat pour les personnes adoptant un animal, interdiction de ventes ambulantes, charte avec Leboncoin... Le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, a présenté, dimanche 20 décembre, les grandes lignes du plan du gouvernement pour les animaux de compagnie. "Un animal n'est ni un produit consommable, ni un jouet", insiste le ministre dans une interview publiée en ligne dimanche par Le Parisien.

Alors que 100 000 animaux de compagnie, surtout des chiens et des chats, sont abandonnés chaque année en France, le gouvernement souhaite agir dans ce domaine. "750 000 chiens et chats sont officiellement vendus ou adoptés chaque année en France et l'on assiste malheureusement souvent à ce que l'on appelle des adoptions ou des achats impulsifs", explique Julien Denormandie. Pour lutter contre ce phénomène, le gouvernement table sur "un certificat de sensibilisation obligatoire pour tout adoptant ou acheteur", poursuit le ministre.

Ce document précisera ce qu'implique l'achat ou l'adoption "en termes d'obligations de soins, de vaccination, de nécessité de sortir son animal et du coût financier", précise Julien Denormandie. Ce certificat, qui sera mis en place courant 2021, pourra être signé auprès d'un refuge, d'un élevage, d'une animalerie ou d'un vétérinaire, a indiqué le ministère.

Charte d'encadrement sur Leboncoin

Une proposition de loi présentée en juillet dernier voulait aller plus loin en interdisant la vente d'animaux en animalerie, sur Leboncoin ou Facebook, reprenant la demande d'associations de protection des animaux. "Les ventes ou adoptions d'animaux continueront de se faire dans des refuges spécialisés, des animaleries ou des foires dédiées à la vente d'animaux", fait savoir Julien Denormandie. Les ventes dans des véhicules ambulants seront en revanche interdites.

Une charte d'encadrement sera également signée avec la plateforme Leboncoin. Elle visera à dissocier les animaux des biens de consommation et obligera à indiquer certains éléments concernant l'animal (âge, méthode d'identification, numéro d'identification etc), a précisé le ministère.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bien-être animal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.