70e anniversaire du Débarquement : le rôle des infirmières américaines

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 29/05/2014Durée : 00h40

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les commémorations du Débarquemen Ce soir, nous nous arrêtons sur ces femmes américaines engagées dans la Seconde Guerre mondiale. Dorothy et Ellan Levitsky sont soeurs et elles avaient 21 et 23 ans, lorsqu'elles ont débarqué ensemble en juin 1944. Infimières engagées dans l'armée, elle n'ont rien oublié de leur mission sur les plages de Normandie.

Elles ont 94 et 97 ans, deux soeurs inséparables. C'est ensemble que ces deux infirmières américaines débarquent en Normandie en 1944. Elles ont 23 et 26 ans.

J'ai appelé Washington et je leur ai dit qu'on songeait à s'engager mais à une condition non négociable: de rester toujours ensemble.

Dorothy et Ellan arrivent en Normandie 3 mois après le D-Day. Elles sont affectées a l'hôpital 164 un immense campement militaire US. Elles passent un an à soigner les blessés avec une très grande motivation.

Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi. Mais il fallait que je parte en France.

Il faut dire que les Allemands ont tué les juifs.

Oui. Dorothy était très remontée contre les nazis. Moi aussi. Mais ce n'est pas ça qui me motivait. J'avais juste ce sentiment profond qu'il fallait agir.

Il leur reste de France ce calot de leur uniforme, cousu pour elle, avant leur départ en 1944. Il leur reste aussi des souvenirs: ces centaines d'amputations par ex.

On a beaucoup pleuré, de voir tous ces garçons et ce qui leur arrivait.

On regardait ces gamins qui avaient perdu un bras, une jambe. Evidemment ça nous faisait pleurer. Il fallait bien leur donner de l'espoir sinon comment s'en sortir? On se forçait à rire souvent pour que les patients croient qu'ils allaient mieux.

Les blessés les plus graves sont évacués vers l'Angleterre. Les autres retournent sur le front. 65.000 infirmières américaines ont ainsi servi pendant la guerre.

C'est le tien ou c'est le mien.

Devant notre caméra, elles ressortent leurs plaques d'identité militaires.

Si on mourrait, c'était une façon de savoir qui on était.

Elles sont fragiles mais motivées pour prendre l'avion pour Paris. Elles seront en Normandie pour les cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement. Sur leur veste, la Légion d'honneur décernée par notre pays. La plus haute disctinction possible au nom d'une année de jeunesse donnée à la France.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==