VRAI OU FAKE Paris va-t-il remplacer ses fontaines du XIXe siècle par des modèles avec brumisateur et panneaux solaires ?

Une quarantaine de fontaines rafraîchissantes vont être installées dans Paris dès fin mai 2019, mais elles ne remplaceront pas les célèbres fontaines Wallace en fonte.

Une fontaine Wallace, dans le 5e arrondissement de Paris.
Une fontaine Wallace, dans le 5e arrondissement de Paris. (PHOTO12 / GILLES TARGAT / AFP)

Paris va-t-il perdre ses fameuses fontaines Wallace du XIXe siècle ? Après la présentation d'un nouveau modèle de fontaine avec brumisateur et panneau solaire dans les colonnes du Parisien, dimanche 3 mars, des internautes se sont inquiétés d'une possible disparition de ce patrimoine historique qui orne les rues de la capitale. Il faut dire que ces fontaines en fonte, peintes en vert pour la plupart, sont devenues des symboles de Paris. Un message annonçant leur disparition a ainsi été partagé plus de 600 fois sur Twitter. "Hidalgo a remplacé des fontaines historiques par des robinets ?" nous interroge aussi un lecteur dans le live de franceinfo.

Il n'en est rien. La centaine de fontaines Wallace, du nom du philanthrope britannique qui les a financées il y a 150 ans, vont rester en place. Si certaines ont été déplacées en raison de travaux, aucune n'a été détruite depuis leur installation, affirme à franceinfo Eau de Paris, la régie autonome de la Ville chargée de l'approvisionnement et de la distribution de l'eau. Et "aucune ne sera supprimée" avec l'installation des nouvelles fontaines, poursuit la régie.

Paris vante des fontaines "innovantes"

En réalité, les fontaines nouvelle génération vont être ajoutées aux 1 200 déjà existantes dans la capitale. "Une quarantaine de fontaines rafraîchissantes va être installée dans Paris dès fin mai 2019", précise Eau de Paris. Armelle Bernard, directrice des relations extérieures de la régie, vante dans Le Parisien "un véritable mobilier urbain proposant une assise, un point d’eau boisson et un système de brumisation haute pression, autonome énergétiquement via des panneaux solaires". Les lieux d'installation de ces "appareils innovants" n'ont pas encore été tous définis.

Cette polémique intervient peu avant l'inauguration de nouvelles fontaines sur les Champs-Elysées. Ces six installations, dessinées par Ronan et Erwan Bouroullec, ont coûté 6,3 millions d'euros et ont été financées par du mécénat privé via le Fonds pour Paris. Un choix qui n'a (encore une fois) pas fait l'unanimité auprès des internautes.