Vols en entreprise : une forme de délinquance en hausse

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 27/11/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Notre enquête sur les cambriolages dans les entreprises. C'est l'un des secteurs de la délinquance qui est en hausse. Eh bien les particuliers ne sont pas les seuls touchés. Des ordinateurs emmenés la nuit, des téléphones ou des bureaux qui se volatilisent.

La fenêtre vient de céder. Trois hommes masqués pénètrent dans ces bureaux. Il est trois heures du matin. L'un reste à l'extérieur, les deux autres arrachent le matériel. Trois allers-retours, six ordinateurs, la scène dure une minute trente.

C'est cette caméra qui a immortalisé l'événement.

Le patron a choisi de diffuser cette vidéo sur son propre site, pour marquer les esprits. Ce soir-la, son alarme n'a pas fonctionné.

On a l'impression qu'on s'est fait violer. Les images montrent la violence et l'absence de peur du risque. Le côté on casse tout et on embarque. C'est la femme de ménage, le matin, qui nous a prévenus. Y avait des bouts de claviers entre le bureau et la fenêtre. Ils avaient laissé des morceaux en partant.

20.000 euros de préjudice. Les voleurs n'ont pas frappé au hasard. Ces ordinateurs sont ceux qui revendent le mieux et vite. La vitre sur la rue a été renforcée mais le patron ne se fait pas d'illusions.

La protection totale, c'est le système de la banque, le coffre-fort! Il n'y a pas de solution technique.

Quelques semaines plus tard, à quelques kilomètres de là, même mode opératoire, même cible.

Les deux premières fois, ils sont passés par les fenêtres.

La dernière fois, c'était il y a quelques semaines. Voici ce que les caméra de l'entreprise ont capturé. La porte principale finit par céder. Trois hommes cagoulés s'engouffrent à l'intérieur. En quelques minutes, c'est fait. Ils s'enfuient avec 70.000 euros de matériel. Le patron est ulcéré. Il n'a pas hésité a transformer son entreprise.

C'est un système qui permet de créer une barrière invisible. Des que vous passez ce faisceau pour atteindre une fenêtre ou une porte cela déclenche l'alarme. La nouveauté, c'est un rideau de fer métallique associé à d'autres stratagèmes.

La liste est longue : alarmes dans chaque recoin, fumigènes pour aveugler les cambrioleurs et des antivols sur chaque ordinateur. En tout près de 43.000 euros investis en un an et demi.

On a mis en place des moyens quasi identiques à ce que l'on trouve dans une banque. Alors qu'on est une PME de 15 personnes.

Des cambriolages à répétition, ce n'est pas la seule hantise des chefs d'entreprise. Ils craignent aussi le vol en interne commis par les salariés. Regardez ces employés. Certains secteurs sont plus sensibles. Dans l'entrepôt d'un des plus gros sites de commerce sur Internet, la sécurité est maximum. 20.000 m2, 60 millions d'euros de marchandises. Dans cette cage ultra sécurisée, les produits les plus tentants. Sur ces étagères près de 10 millions d'euros. Les 400 collaborateurs doivent montrer patte blanche.

C'est arrivé plusieurs fois, c'est normal de mettre de la sécurité.

Cela peut être gênant. Cela touche à notre amour propore mais après on s'y fait.

On est fliqué mais si on n'a rien à se reprocher on n'a pas de raison de refuser de passer sous le portique.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==