Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Angleterre : le contrat zéro heure

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

La Grande-Bretagne affiche parmi les taux de chômage les plus bas en Europe. Mais grâce à quelles méthodes ? De plus en plus de voix dénoncent la flexibilité absolue incarnée par le contrat zéro heure.

Rochelle Monte vit à Newcastle, au nord de l'Angleterre. Elle est aide à domicile, employée en CDI mais son patron ne la paie que si elle travaille. La jeune femme a signé un contrat zéro heure. "Dans ce pays, certaines d'entre nous sont payées à la minute et on ne me paie que le temps que je passe avec les personnes âgées. Pas le temps de transport. Au final, on gagne moins que le salaire minimum", s'indigne Rochelle Monte. Les meilleurs mois, son salaire atteindra 700 euros. 

Le contrat zéro heure est parfaitement légal : c'est la flexibilité maximum qui explique en partie les 7% de taux de chômage qu'enregistre la Grande Bretagne. Aucune garantie, mais impossible de travailler ailleurs. Le salarié doit être disponible 24/24h alors que les annulations peuvent intervenir à la dernière minute. "C'est de l'exploitation qui provoque de la peur et de l'insécurité. On se sent obligé d'accepter la moindre offre de travail", résume Rochelle Monte. 

Il y aurait 5 millions de travailleurs en Grande-Bretagne qui ont conclu un contrat zéro heure. La reine et la mairie de Londres y ont également recours. Cependant, même au pays du libéralisme, cette flexibilité poussée à l'extrême choque de plus en plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.