Var : un mort et un disparu dans les intempéries

a revoir

Présenté parLaurent Delahousse

Diffusé le 19/01/2014Durée : 00h28

vous tout à l'heure.

Bonsoir à tous. De la pluie et encore de la pluie, beaucoup trop de précipitations dans le Sud-Est ces dernières heures et notamment sur le Var. Un sol gorgé d'eau, des glissements de terrain, des coulées de boue et des inondations dans plusieurs communes. Commençons par ces images de la ville de La Londe près de Hyères, images tournées par les pompiers. Tout s'est accéléré lorsqu'un violent orage s'est déclenché. Le bilan provisoire serait d'un mort et un disparu. Une journée de cauchemar pour les habitants.

Ces images ont été tournées à la mi-journée par les pompiers du Var. La Londe-les-Maures, une ville de 10 000 habitants au pied du massif des Maures. De très fortes précipitations ont commencé hier soir. Elles ont redoublé d'intensité vers midi. Résultat: toute la ville basse est sous les eaux des deux affluents du fleuve côtier le Gapeau, sorti de son lit. La violence du courant a emporté les véhicules. Pire encore, dans ce lotissement, des pompiers ont découvert le corps d'une personne décédée, piégée par cette montée des eaux. Voici les dernières images tournées cet apres-midi, où le reflux a commencé, laissant derrière lui désolation dans ce vignoble de vins rosés et des dégâts des eaux dans les maisons.

On ne va pas dormir. On n'a pas d'électricité, de téléphone. On n'a rien. On verra.

La solidarité s'organise dans cette ville, qui n'avait pas été touchée par les inondations depuis 5 ans. Chacun essaie de sauver dans l'urgence ce qu'il peut. La coopérative vinicole de La Londe n'a pas été épargnée.

L'eau est arrivée très vite. Elle a traversé le bâtiment de la cave, celui de la mise en bouteille. Tout a été dévasté.

Après une nuit de fortes pluies, une première vague avait déjà touchée La Londe, dont plus de 20% du territoire est couvert par les vignes. Surpris dans leur sommeil, les habitants sont déjà au travail lorsque les pompiers sont sur place.

Tout est noyé. C'est désespérant.

C'est arrivé il y a 5 ans. Mais pas à ce niveau-là.

J'ai l'établissement là et on a été inondé. 1,20 d'eau, c'est une catastrophe.

La soudaineté de cette montée et ce que les témoins désignent comme une vague, semble être le point de départ de cette catastrophe.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==