Une semaine au musée : "Les faisans", le musée de la Contrefaçon

a revoir

Présenté parNathanaël de Rincquesen

Diffusé le 23/07/2014Durée : 00h39

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Géré par une association de lutte contre la contrefaçon, il veut faire prendre conscience au visiteur des conséquences néfastes de la contrefaçon sur l'économie mondiale et, par l'exposition d'objets, authentiques ou copies, lui enseigner à distinguer le vrai du.

C'est un hôtel particulier mais son adresse devrait vous alerter. "Les faisans" : le surnom jadis donné aux escrocs. Si vous avez l'impression de voir double, vous êtes sur la bonne voie. Pour apprendre à distinguer le vrai du faux, direction le musée de la Contrefaçon. Dans les vitrines, ce n'est pas une illusion d'optique. Les copies existent depuis l'Antiquité.

Les plus anciennes contrefaçons connues à ce jour ont été faites sur le territoire français.

Des amphores de vin dont les bouchons gravés, "l'étiquette", étaient copies. Les faussaires, ce sont nos ancêtres les Gaulois.

En.

200 avant J.

C., les grands crus classés étaient la chasse gardée des Romains. Nous sommes ici bien loin des visites conventionnelles.

C'est notre 7e voyage à Paris, nous avons vu tous les grands musées. Nous cherchons maintenant des musées plus insolites, plus secrets.

Ici, il y a un petit jeu: cherchez l'intrus. Ces petits pots. Vous avez trouvé ? Ils ont été rebaptisés. Et cette célèbre sauce épicée ? Les lettres ont changé. Au palmarès des secteurs les plus copiés : la papeterie. Et l'on en voit de belles au rayon électroménager.

Ce balai vapeur s'est vendu a 8 millions d'exemplaires en 10 ans. Le faux, c'est celui-là! Les contrefacteurs copient des produits de grande vente.

Elle, est unique, mais carton rouge aux escrocs, la coupe du monde, a elle aussi été copiée.

Est-ce que c'est lourd.

4 kilos, un peu moins que la vraie réplique, 6 kilos d'or massif, ce qui n'est pas le cas de cette fausse réplique.

Celle-ci est faite de sable et de ciment. Les douaniers en ont saisi une trentaine à Roissy en juin dernier. Acheter une contrefaçon est un délit. En plus on risque de mauvaises surprises, surtout avec le vin.

Dans le vin contrefait, on trouve du jus d'orange, de l'urine, et souvent des produits chimiques, toxiques impropres à la consommation.

Nos outils de travail ont eux aussi été contrefaits. Mais ce reportage est garanti 100% authentique.

Comme chaque mercredi, ce rappel.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==