Cet article date de plus de cinq ans.

Une prothèse d'avant-bras en Lego remporte un prix d'innovation à Paris

Publié
Article rédigé par
France Télévisions

L'objectif de son concepteur était d'aider les enfants handicapés à sortir de leur isolement, en développant l'aspect ludique de cet appareillage.

Cette incroyable prothèse d'avant-bras a la particularité d'être composée d'éléments de Lego et d'être modulable à l'envi. Conçue par l'ingénieur colombien Carlos Torres, elle a remporté le grand prix du forum Netexplo, mercredi 10 février, après avoir convaincu le jury d'experts et le public de cet événement, organisé à l'université Paris-Dauphine.

"Dédramatiser le handicap"

Nommée "IKO Creative Prosthetic System", cette prothèse est destinée aux enfants atteints de malformations. Ces derniers peuvent la personnaliser en ajoutant leurs propres modules construits avec le célèbre jouet danois. Ainsi, l'objectif est de les aider à "dédramatiser leur handicap et à sortir de leur isolement", précisent les organisateurs du forum Netexplo, dans un communiqué.

Pour développer son projet, Carlos Torres a travaillé avec Dario, un enfant de 9 ans handicapé de naissance, présent dans la vidéo de présentation ci-dessous. "Ce jeune garçon m'a montré des dessins de robots un peu fous avec des bras laser, explique l'ingénieur au quotidien Le Monde. C'était magique, mon idée était validée".

Des projets plus fous les uns que les autres

La création de l'ingénieur colombien a été choisie parmi une dizaine de projets du monde entier. Parmi eux, une application de traduction mobile sud-africaine, qui répertorie les 11 langues officielles du pays. Ou encore un robot japonais qui a obtenu le bac local avec des notes suffisantes pour intégrer l'université de Tokyo. "Les dix lauréats illustrent la tendance générale qui consiste, grâce au numérique, à repousser les limites pour élargir le champ des possibles", a expliqué Thierry Happe, cofondateur du forum Netexplo.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accueil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.