Un prolongement des dates de consommation ?

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 06/06/2013Durée : 00h48

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Ce sentiment est-il justifié.

Valéry Lerouge : L'électricité augmente, pas autant que le gaz, mais pas plus que l'inflation. Regardez les chiffres depuis 5 ans. La facture EDF a grimpé de 2,2 % en 2008, 1,6 % en 2009, 3 % en 2010, etc. Comparé à l'inflation, le prix de l'électricité augmente plus vite que les autres prix. Cela dit, l'électricité est en moyenne 25 % moins chère que chez nos voisins européens.

Elise Lucet: Pourquoi la Commission de régulation de l'énergie (CRE) dit-elle qu'une nouvelle hausse est inévitable.

Valéry Lerouge: Les prix n'ont pas suffisamment augmenté ces dernières années. Or la loi impose à EDF de facturer l'électricité à un prix qui couvre les coûts de production et de commercialisation. Ce n'est plus le cas, car il faut renouveler le parc nucléaire vieillissant, et financer des énergies renouvelables pas encore rentables. Par habitude, les gouvernements refusent les hausses Le trou s'est donc creusé : il manque près de 1,5 milliard d'euros.

Elise Lucet: Merci. La loi sur l'alimentation va imposer aux industriels d'aligner les dates de péremption de la métropole sur celles d'outre-mer. Le délai de consommation de la plupart des produits va être allongé, de manière conséquente. Est-ce sans danger pour la santé.

Voilà un yaourt commercialisé en outre-mer. Même fabricant, même marque, mais il y a une différence, leur date de péremption, beaucoup plus longue dans les îles françaises. Ce yaourt a une date limite de consommation de 50 jours en outre-mer, contre 30 en métropole. Même démonstration avec ce reblochon. 70 jours de validité en outre-mer, 35 en métropole. Le fromage râpé peut durer jusqu'à 180 jours en outre-mer, Une loi propose d'harmoniser ces écarts.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==