Suresnes : à l'école des tailleurs

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 15/05/2013Durée : 00h50

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

A Suresnes, la seule école de tailleurs pour hommes a été créée il y a 7 ans, parce que les maîtres tailleurs ne trouvaient plus de main d'oeuvre qualifiée. C'est une formation d'excellence avec, a la clé, de vrais débouchés, car le luxe reste un secteur emblématique en France.

Prenez votre aiguille, votre fil et vous bâtissez. Il veut transmettre sa passion et son savoir-faire. Il a fondé cette école de tailleurs pour hommes.

La formation qui existait n'était pas adaptée à notre demande. On avait des jeunes de CAP, mais ils savaient pas tenir leur aiguille, ne savaient rien faire.

Dans cette école, pas de cours de français ou de maths. L'élève est mis directement dans le bain.

On leur apprend toutes sortes de points, Pendant une semaine, ils ne vont faire que des tapis de points. Dès qu'ils savent manier l'aiguille, ils font des poches, pendant 3 ou 4 mois si nécessaire.

Après 5 ans d'école de commerce, l'ennui gagne Alrig. Il décide de faire de la mode, sa passion, un métier.

Qu'est-ce qui vous plaît dans ce métier.

Travailler avec mes mains, créer de A à Z un vêtement. On arrive avec un bout de tissu, on sort avec un costume.

Vous regrettez pas les études de commerce.

Non, pas du tout. Et je vais m'en servir pour monter plus tard ma maison.

Ici, vous pincez et vous relâchez.

D'accord.

Fidji a fait 3 ans de droit pour avoir un bagage général, avant de choisir un métier manuel.

Au début, on s'interroge sur les débouchés, car le métier est en voie de disparition. Mais c'est un métier de luxe et le luxe marche très bien. Donc je me suis lancée.

Tailleur pour hommes : le métier embauche, comme ici. Monsieur Corvaglia s'est formé sur le tas, une autre époque.

J'ai débuté à 1.

11 ans. J'ai tout appris en Italie, et j'ai commencé petit a petit. On enfilait les aiguilles pour le maître, on balayait, etc.

Yvan sort de l'école. Il est en apprentissage dans cette grande maison de couture.

On n'a pas le droit à l'erreur, on cherche toujours la perfection. A l'école, on découvre et ici on met en pratique.

Chaque année, 18 élèves environ sortent de l'école de Suresnes, avec le titre reconnu par l'Etat de "tailleur pour hommes".

Le JT
Les autres sujets du JT