Cet article date de plus d'un an.

Violences faites aux femmes : 2 000 policiers spécialisés bientôt recrutés

À la veille de la journée internationale des droits des femmes, l'Élysée précise que de nouveaux enquêteurs spécialisés vont être recrutés pour faire face aux violences faites aux femmes. 

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La cérémonie de sortie de la 261e promotion de gardiens de la paix de l'école de police de Montbéliard (Doubs), le 28 janvier 2022 (illustration). (LIONEL VADAM  / MAXPPP)

Pour lutter contre les violences faites aux femmes, 2 000 policiers spécialisés dans ce type d'enquête vont prochainement être recrutés, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur communiqués à franceinfo par l'Élysée lundi 7 mars, à la veille de la journée internationale des droits des femmes. Ils viendront s'ajouter aux 90 000 policiers et gendarmes désormais formés à la prise en charge des victimes de ces violences.   

Le ministère assure s'être mis "en ordre de marche", "transformé et modernisé", en matière de recueil des plaintes pour ces violences, alors que les forces de l'ordre sont intervenues 45 fois par heure en 2020 en moyenne pour aider les femmes victimes de voilences conjugales. Cela représente un total de 400 000 interventions dans l'année. 

Une campagne sur les dangers du GHB en soirée

Par ailleurs, plus de 4 000 amendes pour outrage sexiste ont été délivrées depuis la création de l'infraction de harcèlement de rue en août 2018. Le ministère envisage d'ailleurs de tripler le montant de cette amende pour la passer à 300 euros, comme l'a annoncé Emmanuel Macron en janvier. Le ministère va aussi entamer une grande campagne sur les dangers du GHB en soirée, alors que de nombreuses internautes dénoncent le retour de l'usage de drogue contre les femmes en soirée via le mot-clé #BalanceTonBar.

Par ailleurs, le ministère fait un état des lieux de ses effectifs, précisant que, sur les près de 130 préfets de région et de département que compte la France, 38 sont des femmes, contre 24 en 2012 et 6 en 2004. La part des femmes est même de 42% si on regarde uniquement la catégorie des personnes nommées préfètes pour la première fois, soit dix points de pourcentage de plus qu'en 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.