Violences conjugales : 121 femmes ont été tuées en 2018 par leur conjoint ou ex-compagnon, selon un rapport officiel

Les chiffres, communiqués mercredi par la délégation aux victimes du ministère de l'Intérieur, sont en légère baisse par rapport à ceux de 2017.

Une manifestation contre les violences faites aux femmes, place de la République, à Paris, le 6 juillet 2019.
Une manifestation contre les violences faites aux femmes, place de la République, à Paris, le 6 juillet 2019. (MAXPPP)

En 2018, 121 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit un féminicide tous les trois jours. C'est ce qu'indiquent des données communiquées, mercredi 10 juillet, par la délégation aux victimes du ministère de l'Intérieur. Ce nombre, qui comprend les couples officiels (époux, concubins, etc.) ou non (amants, relations épisodiques...), est en légère baisse par rapport aux 130 féminicides recensés en 2017.

"Les résultats de cette étude démontrent que les efforts des pouvoirs publics pour combattre ces violences intrafamiliales inacceptables doivent se maintenir et s'accentuer", écrivent le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes.

Le gouvernement a annoncé, dimanche, la tenue d'un Grenelle des violences conjugales à la rentrée pour enrayer ce fléau. "Nous lançons autour du Grenelle une mobilisation nationale avec une grande consultation citoyenne et une campagne pour interpeller toute la société", a précisé Marlène Schiappa.