Une femme sur deux dans 57 pays est privée du droit à disposer de son corps, selon un rapport de l'ONU

Intitulé "Mon corps est le mien", le rapport détaille les atteintes aux droits des femmes dans ces pays, du viol à la stérilisation forcée en passant par l'imposition de tests de virginité et de mutilations génitales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestantes marchent pour le droit d'avorter dans le monde, à Paris le 28 septembre 2018. (MAXPPP)

Près d'une femme sur deux dans 57 pays est privée des libertés liées à son corps, qu'il s'agisse de relations sexuelles, du recours à la contraception ou de la recherche de soins de santé, affirme un rapport de l'ONU (PDF) publié mercredi 14 avril. "Des centaines de millions de femmes et de filles n'ont pas de liberté sur leur propre corps. Leur vie est gouvernée par les autres", résume ainsi Natalia Kanem, directrice du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).

C'est la première fois que les auteurs du document annuel sur l'état de la population mondiale se penchent sur l'autonomie corporelle des femmes. Intitulé "Mon corps m'appartient", le rapport détaille les atteintes aux droits des femmes dans ces pays, du viol à la stérilisation forcée en passant par l'imposition de tests de virginité et de mutilations génitales. Il se penche aussi sur l'interdiction faite aux femmes de décider pour leur propre corps, sans crainte de violences ou sans subir une décision de quelqu'un d'autre concernant leur intégrité physique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.