Une enquête ouverte contre la secrétaire d'Etat Chrysoula Zacharopoulou après deux plaintes pour viols dans le cadre de ses fonctions de gynécologue

Une première plainte a été déposée le 25 mai et la seconde le 16 juin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La secrétaire d'Etat Chrysoula Zacharopoulou, le 10 juin 2022 au Palais de l'Elysée, à Paris. (ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / HANS LUCAS / AFP)

Chrysoula Zacharopoulou, gynécologue de profession, nouvellement nommée secrétaire d'Etat chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, fait l'objet de deux plaintes pour viols, a appris franceinfo mercredi 22 juin auprès du parquet de Paris, confirmant une information de Marianne. Selon les informations de franceinfo, les deux plaignantes dénoncent des viols gynécologiques, c'est-à-dire des pénétrations pratiquées sans leur consentement lors d'un examen médical.

Une première plainte a été déposée le 25 mai pour des faits de viols dans le cadre de ses fonctions de gynécologue et a fait l'objet de l'ouverture d'une enquête deux jours après. Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP). Elles auront pour objectif de déterminer si les faits sont susceptibles de tomber sous le coup d'une qualification pénale.

Le parquet de Paris a également reçu une deuxième plainte le 16 juin, dénonçant des faits de même nature. Sollicité par franceinfo, Matignon ne fait pas de commentaires.

Ancienne députée européenne LREM, Chrysoula Zacharopoulou avait notamment porté un plan de lutte contre l'endométriose auprès d'Emmanuel Macron en janvier dernier, avant d'être nommée au gouvernement. Elle exerçait ses fonctions de médecin à l'hôpital Trousseau et à l'hôpital Tenon, à Paris, sous la direction du professeur Emile Daraï, lui-même visé par une information judiciaire, accusé de viols et de violences gynécologiques par 25 patientes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.