Six ans après les accusations de viols, Georges Tron devant les assises

Georges Tron, ministre accusé de viols en 2011, est jugé devant les assises. Au premier jour de son procès ce mardi 12 décembre, l'accusé dénonce un complot.

FRANCE 3

Au moment d'entrer dans la cour d'assises, Georges Tron apparaît décontracté, souriant. Son assurance contraste avec l'émotion des plaignantes. Elles accusent l'ancien secrétaire d'État de viols. Elles n'avaient pas été confrontées à l'accusé depuis six ans. Les deux plaignantes avaient été embauchées par Georges Tron par la mairie de Draveil (Essonne). Le maire de la ville aurait abusé de son pouvoir et de leur vulnérabilité. Il leur imposait régulièrement des séances de réflexologie plantaire, prélude, selon elles, à des attouchements sexuels.

Une affaire politique

À la barre, Georges Tron assure que ses opposants politiques l'instrumentaliseraient pour lui nuire. Son avocat rappelle qu'un non-lieu avait été prononcé en 2013. Sur le banc des accusés, son ancienne adjointe et amante comparaît également. Tous deux encourent jusqu'à vingt ans de prison. Verdict le 22 décembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ancien député et secrétaire d\'Etat à la Fonction publique, Georges Tron, le 2 avril 2015 à Evry (Essonne). 
L'ancien député et secrétaire d'Etat à la Fonction publique, Georges Tron, le 2 avril 2015 à Evry (Essonne).  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)