Plainte contre Jean-Jacques Bourdin : lancement d'une enquête interne à BFMTV et RMC

Altice Media l'a annoncé, dimanche, après qu'une plainte pour tentative d'agression sexuelle a été déposée contre le journaliste. "Nous nous sommes entretenus avec Jean-Jacques Bourdin qui a vigoureusement contesté les faits dénoncés", précise le groupe. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le journaliste Jean-Jacques Bourdin au Vigan (Gard), en août 2019. (MAXPPP)

Le groupe Altice Media, propriétaire de RMC et BFMTV, a annoncé dimanche 16 janvier lancer une enquête interne après avoir appris que Jean-Jacques Bourdin était visé par une plainte pour tentative d'agression sexuelle, pour des faits qui datent de 2013. "Nous apprenons par voie de presse l'existence de cette plainte. Nous nous sommes entretenus avec Jean-Jacques Bourdin qui a vigoureusement contesté les faits dénoncés", déclare le groupe dans une déclaration transmise à l'AFP.

"Dans un souci de transparence, Altice Media fait diligenter une enquête interne pour s'assurer qu'aucun fait de ce type n'a été porté à la connaissance des managers ou collègues des intéressés (plaignante et mis en cause)", annonce le groupe. Altice Media précise suivre "avec la plus grande attention les éventuels développements de cette affaire" et prendra "toutes les mesures qui pourraient s'imposer en fonction de son évolution".

La plaignante, une ancienne journaliste de BFMTV et RMC, âgée aujourd'hui de 33 ans et dont l'identité n'a pas été dévoilée, a travaillé "pendant plusieurs années" avec l'intervieweur à la matinale de BFMTV-RMC. Elle affirme qu'il "l'a saisie par le cou et tenté de l'embrasser à plusieurs reprises" dans la piscine d'un hôtel lors d'un déplacement professionnel en Corse en 2013, selon le récit fait par Le Parisien et confirmé par son avocate, Laure Heinich. Jean-Jacques Bourdin lui aurait ensuite envoyé "pendant plusieurs mois des mails et des SMS insistants", toujours selon ce récit.

"Au parquet d'analyser la plainte"

"La position du groupe est très claire. Il n'y a rien qui empêche Jean-Jacques Bourdin de faire son travail. Une simple plainte ne justifie pas le fait de disqualifier quelqu'un", a pour sa part déclaré au Parisien Marc-Olivier Fogiel, directeur général de BFMTV, dont le dispositif pour l'élection présidentielle accorde une place centrale à Jean-Jacques Bourdin. Ce dernier s'apprête à lancer sa nouvelle émission politique "La France dans les yeux", un entretien mené en région et en direct avec les principaux candidats à l'Elysée, inaugurée mardi soir par Valérie Pécresse en Corrèze.

"Nous ne minimisons pas cette accusation ni lui donnons une dimension disproportionnée", a poursuivi Marc-Olivier Fogiel. "A ce stade, rien de nous conduit à modifier les choses à l'antenne. Nous ne devons céder à aucune pression. Nous ne sommes pas des auxiliaires de justice. Au parquet d'analyser la plainte", a-t-il ajouté, précisant que diligenter une enquête interne lui semblait "la position la plus responsable".

Ecarté de la matinale de RMC à l'été 2020 après 19 ans de service, Jean-Jacques Bourdin mène sa dernière saison à la tête de l'interview politique de 8H30 sur la radio et BFMTV, la chaîne d'informations en continu du groupe Altice Media. "Son contrat s'arrête en juin, indépendamment même de cette histoire", a souligné Marc-Olivier Fogiel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.