Violences conjugales : "Madame la ministre, faites le 115"

Dans un clip percutant, l'association Paroles de femmes invite la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem à tester le 115, numéro d'hébergement d'urgence, qui "ne répond jamais".

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem quitte l\'Elysée, le 11 septembre 2013.
La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem quitte l'Elysée, le 11 septembre 2013. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Sur 21 appels passés, aucun résultat. La vidéo est percutante. L'association Paroles de femmes invite la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem à tester le 115, numéro d'hébergement d'urgence, qui "ne répond jamais", dans un clip publié dimanche 21 novembre sur internet, à la veille de la journée internationale contre les violences faites aux femmes.

"Chaque année, le 25 novembre, nous avons le droit à de nouveaux plans d'urgence contre les violences faites aux femmes", souligne l'association dont le petit film, réalisé "sans aucune mise en scène", vise à montrer le décalage entre les "beaux discours" et la "réalité du terrain". La directrice de l'association enchaîne pendant une matinée les appels au 115, à des lieux d'hébergement directement ou au commissariat, afin de trouver une place en Ile-de-France pour une femme battue et ses trois enfants âgés de 2, 7 et 14 ans.

 "Elle a préféré un toit pour ses enfants même si elle prend des coups"

Le 115 ne répondra jamais, le commissariat demande pourquoi l'association les appelle, les centres d'hébergement sont saturés ou fixent leurs conditions: pas plus de deux enfants ou pas de garçon de plus de 13 ans. Au bout du compte, la femme violentée est rentrée chez elle, "elle a préféré un toit pour ses enfants même si elle prend des coups", démontrant que "la première urgence, c'est de créer des places d'hébergement", relève Olivia Cattan, présidente de l'association.

Le nouveau plan triennal présenté vendredi par Najat Vallaud-Belkacem prévoit de doubler les moyens (66 millions d'euros), avec notamment des mesures visant à favoriser les plaintes. Il prévoit aussi de créer 1 650 places d'hébergement d'urgence dédiées pour les femmes victimes de violences d'ici 2017, une promesse faite il y a un an par le chef de l'Etat. Selon le ministère de l'Intérieur, 148 femmes sont mortes en 2012, victimes de leur conjoint ou ex-conjoint.