VIDEO. L'interdiction du voile, voulue par Marine Le Pen, à nouveau critiquée

La présidente du FN a réitéré, lundi, sa proposition d'interdire le voile et la kippa dans l'espace public. Une position vivement rejetée par l'archevêque de Paris et la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

Francetv info

POLITIQUE - Marine Le Pen persiste et signe. Lundi 24 septembre, la présidente du FN, invitée sur France Inter, a réaffirmé être en faveur d'une interdiction du port d'un vêtement religieux, comme un voile, une kippa ou un turban, sur la voie publique. "Aujourd'hui, la multiplication des voiles est devenue une arme politique" a argumenté la leader frontiste. "C'est une erreur complète" a rétorqué le matin même André Vingt-Trois, archevêque de Paris, invité sur RTL.

Dans la foulée, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a donné sa définition de la laïcité : "un principe de neutralité à l'égard des croyants et des non-croyants". Dans la lignée des réactions de ses collègues Vincent Peillon et Manuel Valls, la ministre a également accusé Marine Le Pen de chercher à "introduire un cheval de Troie de plus pour distiller sa détestation de l'étranger, et en particulier du musulman".

 

 

Marine Le Pen, présidente du FN, le 23 septembre 2012 à La Baule (Loire-Atlantique).
Marine Le Pen, présidente du FN, le 23 septembre 2012 à La Baule (Loire-Atlantique). (ALAIN JOCARD / AFP)