Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Les fusillés "pour l'exemple" de 14-18 bientôt réhabilités ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
BERNARD LEBRUN ET ERIC DELAGNEAU - FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Un rapport d'historiens, remis au ministre des Anciens combattants, préconise des pistes pour réintégrer dans la mémoire nationale ces soldats français.

Certains ont refusé d'aller se battre. D'autres se sont mutinés. Un rapport d'historiens, remis mardi 1er octobre au ministre des Anciens combattants, Kader Arif, préconise des pistes pour réintégrer dans la mémoire nationale ces soldats français, souvent "fusillés pour l'exemple" par les leurs, entre 1914 et 1918. "On compte autour de 600 à 650 fusillés pour des faits relevant de la désobéissance militaire", recense ce rapport issu du groupe de travail animé par le président du Conseil scientifique de la Mission du Centenaire, Antoine Prost.

Cent ans après le début du premier conflit mondial, "un large consensus existe dans notre société pour estimer que la plupart n'étaient pas des lâches" mais de "bons soldats, qui avaient fait leur devoir et ne méritaient pas la mort", souligne le document. Ses auteurs rappellent le discours de Lionel Jospin, en 1998, à Craonne (Aisne), appelant à ce que ces soldats "plongés dans un désespoir sans fond [qui] refusèrent d'être des sacrifiés", réintègrent "notre mémoire collective nationale", ainsi que l'appel de Nicolas Sarkozy, dix ans plus tard à Verdun, défendant la mémoire des "fusillés pour l'exemple".

Le rapport avance en conclusion quatre scénarios possibles pour les pouvoirs publics. Les auteurs écartent les deux premières solutions, "ne rien faire" ou une "réhabilitation générale". La troisième solution, "la réhabilitation au cas par cas", constituerait une entreprise "très lourde", "d'un coût hors de proportion avec ses résultats probables". Les auteurs du rapport ne cachent pas leur préférence pour une quatrième solution : "une déclaration solennelle éventuellement renforcée d'un projet pédagogique". Mardi, le gouvernement a promis que ces soldats ne seraient pas des oubliés de l'histoire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.