Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Alexis Robert, 81 ans, a fondé un écolieu dans la forêt de Brocéliande

Publié
Il vit dans une petite maison ronde faite de matériaux naturels, sans eau ni électricité, au milieu de la forêt de Brocéliande. Alexis Robert a 81 ans et a fondé un écolieu. Un rêve pour cet amoureux du partage et de la simplicité. -
VIDEO. Alexis Robert, 81 ans, a fondé un écolieu dans la forêt de Brocéliande Il vit dans une petite maison ronde faite de matériaux naturels, sans eau ni électricité, au milieu de la forêt de Brocéliande. Alexis Robert a 81 ans et a fondé un écolieu. Un rêve pour cet amoureux du partage et de la simplicité. - (Brut.)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions

Il vit dans une petite maison ronde faite de matériaux naturels, sans eau ni électricité, au milieu de la forêt de Brocéliande. Alexis Robert a 81 ans et a fondé un écolieu. Un rêve pour cet amoureux du partage et de la simplicité.

Je suis heureux dans ma cabane. C’est la simplicité.” À 81 ans, Alexis Robert vit dans un écolieu. C’est un endroit écologique qu’il partage avec une petite communauté, qu’il a fondé il y a plusieurs années à sa retraite. Chaque année, il accueille jusqu’à 2000 personnes au sein de la forêt de Brocéliande, qui se situe entre l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan.

“On peut vivre simplement, et heureux”

J’habite dans une kerterre qui a été construite il y a 12-15 ans à peu près. C’est une petite maison ronde qui fait 10 mètres carrés à l’intérieur, faite de paille, de terre, de chaux et de chanvre, avec un toit végétal... en partie, du moins. Ça fait au moins 60 ans que je rêvais de vivre dans une maison ronde, eh bien ça y est !”, sourit l’octogénaire. Avec ses voisins, ils vivent de manière très écologique, respectant au plus la nature. “On a quatre toilettes sèches. Donc c’est dispersé sur le terrain. Avec les bacs à crottes à côté. Et là c’est une cabine pour les douches, solaires. On a beaucoup d’orties, aussi, qu’on laisse parce qu’on mange beaucoup d’orties ici. Moi, le matin, au petit déjeuner, je mange des orties toutes crues !

Quand je suis arrivé, quand j’ai eu le terrain, je n’avais pas de programme, je n’avais pas de budget, je n’avais rien. Et trois semaines après, il y avait 300 personnes quand même. Ça c’est construit comme ça. Avec les gens qui sont passés quoi”, explique Alexis Robert. “Qu’est-ce que je veux transmettre ? Qu’on peut vivre simplement. Et heureux”, conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.