Cet article date de plus de six ans.

Vidéo 13h15. Fonderie Gillet : l'ancien PDG "n'avait pas l'esprit Scop"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
13h15 le samedi. Fonderie Gillet : l'ancien PDG "n'avait pas l'esprit Scop"
Article rédigé par
France Télévisions

Les salariés de la Fonderie Gillet avaient embauché leur PDG après un entretien collectif fin 2014 et il a démissionné cet été. Le plus ancien dans l'entreprise a été désigné pour le remplacer. A la place d'un PDG, trois ouvriers et un chef d'atelier sont recrutés. Extrait de "13h15 le samedi" du 24 octobre.

La Fonderie Gillet n'a plus à sa tête le PDG que les ouvriers avaient collectivement embauché (vidéo) fin 2014 pour les aider à redresser l'entreprise devenue une Scop (Société coopérative et participative). Cet été, Jacques Bernardi, venu de l'aéronautique, a démissionné.

"La mayonnaise n'a pas pris, Il y avait des tensions parce que son message passait mal dans les ateliers. Il y avait beaucoup de reproches faits aux gens (vidéo), alors qu'il y avait beaucoup d'investissement de leur part", explique Nicolas, l'ancien responsable de la maintenance désigné président du conseil d'administration par ses pairs.

"Il était là comme si c'était son entreprise"

Boris, le directeur technique qui n'hésite pas à prêter main-forte à l'atelier, renchérit : "Toujours être derrière quelqu'un avec la cravache, je pense que cela ne fonctionne pas. Au bout d'un moment, cela ne fonctionne plus." Nicolas reconnaît que son prédécesseur "a très bien travaillé pendant qu'il était là, mais qu'il n'avait pas l'esprit Scop, cet esprit de partage. Il était là comme si c'était son entreprise".

Jacques Bernardi estime avoir démissionné sous la pression et attaque la Fonderie Gillet pour licenciement abusif. Pour lui succéder, les salariés ont choisi celui qui a le plus d'ancienneté. Nicolas affiche vingt-huit ans de présence : "Je suis rentré stagiaire et je finis président, mais ce n'était pas le but. J'ai toujours été obligé de faire mes preuves, donc je ferai pareil aujourd'hui." Les actionnaires salariés ont préféré embaucher trois ouvriers et un chef d'atelier plutôt qu'un nouveau PDG. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.