Cet article date de plus de deux ans.

Boucheries vandalisées : "Qu'ils ne mangent pas de viande, ça les regarde, là j'appelle ça de la dictature"

Le responsable d'une boucherie vandalisée par des défenseurs des animaux à Versailles regrette la façon de faire des militants.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le responsable d'une boucherie vandalisée par des défenseurs des animaux à Versailles regrette la façon de faire des militants (illustration). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

"Qu'ils ne mangent pas de viande, ça les regarde", mais"là, j'appelle ça de la dictature", dénonce Marc, le responsable de l'une des deux boucheries vandalisées à Versailles (Yvelines), sur franceinfo samedi 3 novembre.

"On avait du monde dans le magasin et le temps qu'on servait les gens, on n'a rien vu du tout, la personne a écrit 269 sur le carreau et après ils ont jeté des bouteilles de jus de tomates devant la boutique, raconte le boucher en dénonçant la méthode. C'est imposer leur choix et leur façon de faire et leur façon de penser. Moi j'appelle ça de la dictature, je n'appelle plus ça de la liberté de penser. Qu'ils ne mangent pas de viande, ça les regarde, mais qu'ils arrivent à ce point à dégrader les boutiques (...) je dis non."

Les vitrines des boucheries ont été taguées du chiffre 269, du nom d'une association militant pour la cause animale, 269 Life France, qui a lancé vendredi une campagne des "journées du sang versé" durant deux semaines. Du faux sang a également été versé devant l'un des deux établissements.

Il faut être responsable, il faut savoir ce qu'on fait et avoir un peu de jugeotte dans sa tête, chose qu'ils ne doivent pas avoir.

Marc, boucher

à franceinfo

Le boucher déplore une montée du stress dans la profession : "Vous arrivez le matin, vous vous demandez si la boutique ne va pas être cassée. Tous les bouchers, à l'heure actuelle, sont un peu sur le qui-vive. Il y en a même qui dorment dans leur boutique pour y faire attention. À un moment, c'est grave. On travaille, on fait pas mal d'heures, si en plus on doit s'occuper de ça, moi je ne trouve pas ça normal et puis je pense que c'est trop facile."

Les vitrines des boucheries ont été taguées du chiffre 269, du nom d'une association militant pour la cause animale, 269 Life France, qui a lancé vendredi une campagne des "journées du sang versé" durant deux semaines. Du faux sang a également été versé devant l'un des deux établissements.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.