Cet article date de plus de sept ans.

Unité de cancérologie de Garches fermée : où sont soignés les enfants ?

Après des mois de polémique, l'unité de cancérologie de Garches avait fermé le 7 août dernier. 35 patients mineurs étaient concernés, leurs parents s'inquiétaient qu'ils soient lâchés dans la nature, France Info a pu se procurer leur situation de soins.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (L'entrée de l'hôpital de Garches dans les Hauts-de-Seine © RF-Bruno Rougier)

L'affaire avait fait grand bruit cet été : le 7 août, l'unité de cancérologie de Garches avait fermé. La disparition de ce service, dirigé par le Docteur Delépine, avait provoqué une polémique. Les parents avaient saisi le Conseil d'Etat qui avait rejeté leur requête. Beaucoup de parents dont les enfants étaient soignés dans ce service estimaient que leurs enfants avaient été lâchés dans la nature par l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris. L'AP-HP avait promis de prendre en charge chaque patient. France Info a pu se procurer le bilan de la situation.

Sur ces 35 patients mineurs qui avaient été accueillis en consultation, 26 nécessitent des soins réguliers. Sept sont pris en charge au sein d'un hôpital de l'AP-HP, quatre dans des centres experts et d'autres hôpitaux d'Ile-de-France, sept sont soignés dans un centre hospitalier de province, un est suivi à l'Institut Curie, un autre à l'Institut Gustave Roussy et un dernier à l'étranger. Deux familles ont demandé que la continuité des soins soit assurée uniquement par le professeur Delépine, deux autres par un médecin de ville. Un seul patient n'a pas indiqué pour l'instant son choix. 

Enfin, 101 adultes étaient pris en charge par le service d'oncologie de Garches qui n'avait pas d'autorisation pour les soigner. 13 ont accepté de se faire suivre à l'hôpital Paul Brousse à Paris, les autres n'ont pas encore exprimé d'avis. L'AP-HP estime donc qu'elle a tenu ses engagements en proposant des solutions au cas par cas selon les volontés des familles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.