Cet article date de plus de sept ans.

Trappes : un calme précaire règne sur la ville

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, assure que la situation est rentrée dans l'ordre. Mais deux individus ont été interpellés et des coups de feu ont été entendus dans la nuit de dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des policiers à Trappes (Yvelines), le 21 juillet 2013. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Le calme est-il vraiment revenu à Trappes (Yvelines) ? Alors que quatre jeunes ont été placés en détention provisoire, dimanche 21 juillet, après un week-end émaillé de violences, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a assuré sur RTL que la situation, "tendue en début de soirée", était rentrée dans l'ordre dans la nuit. Le récit de la soirée diffère cependant selon les sources.

Deux nouvelles interpellations, annonce le ministre

"Il y a eu des incidents, à Elancourt, à Guyancourt, ainsi qu'à Montigny où il y a eu deux interpellations cette nuit", a annoncé Manuel Valls. Mais "je crois que la situation est contenue", a-t-il ajouté, sans préciser l'identité des deux individus interpellés. 

Le ministre a confirmé que des descentes de policiers avaient eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi, pour "rechercher ceux qui s'en prennent aux forces de l'ordre avec des jets de projectile ou des tirs de mortier".

"Deux à trois tirs de mortier", relativise un syndicat

"La nuit a été calme sur Trappes et ses alentours", a indiqué une source syndicale, qui dénombre "2 à 3 tirs de mortier" sur la commune ainsi qu'à Guyancourt, et "quelques feux de poubelles""Les forces de l'ordre n'ont pas été visées", s'est satisfaite cette source. 

En début de soirée, quelques dizaines de personnes se sont toutefois regroupées non loin du commissariat de Trappes et jeté un pétard en direction des forces de l'ordre. Les CRS se sont aussitôt déployés et ont repoussé le groupe à l'aide d'une grenade lacrymogène. Les individus ont immédiatement quitté les lieux, où une vingtaine de fourgons restaient stationnés.

Des "coups de feu sporadiques", selon "Le Monde"

Selon Le Monde, "vers 2h30 du matin, des coups de feu sporadiques ont été entendus pendant près de vingt minutes""La police a ensuite investi deux barres d'immeubles, et un hélicoptère survolait la zone", explique le quotidien, dont l'envoyé spécial a partagé des photos sur Twitter.

Vendredi soir, près de 400 personnes avaient jeté des pierres, brûlé des poubelles et détruit des abribus après le contrôle policier d'une femme voilée. La police avait répliqué avec des grenades de dispersion et de gaz lacrymogène. Quatre jeunes âgés de 18 à 24 ans doivent comparaître lundi devant le tribunal correctionnel de Versailles pour "violences", "outrages" ou "jets de projectiles contre les forces de l'ordre".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.