Seine-et-Marne: émus, les gendarmes lancent une cagnotte pour aider un homme sur qui "le sort semble s'acharner"

En quelques mois, le trentenaire a perdu sa femme de maladie, puis sa fille et sa mère dans un accident de la route.

Le couple s\'était installé à Rémauville (Seine-et-Marne).
Le couple s'était installé à Rémauville (Seine-et-Marne). (GOOGLE MAPS)

C’est une histoire qui a particulièrement ému les gendarmes de Seine-et-Marne. À tel point qu’ils ont décidé de la raconter, vendredi 5 juin, dans une série de tweets, dans le but de lancer une cagnotte sur Internet, pour aider Benoît, un jeune homme sur lequel le sort s’est acharné, à faire face à d’importantes difficultés financières. En quelques mois, il a perdu sa femme, puis leur fille de 7 ans et sa mère dans un accident de la route.

Audrey, 29 ans, et Benoît, 28 ans, se sont mariés le 29 septembre 2018, après dix ans de vie commune. "Leur petite Aurore, âgée de 5 ans à l’époque, est toute fière de porter leurs alliances", racontent les gendarmes de Seine-et-Marne. Ils emménagent en juin 2019 à Rémauville (Seine-et-Marne) et se lancent dans nouveau projet de vie. Mais un an après leur mariage, Audrey est emportée par une infection post-opératoire, après dix jours de coma. "Benoît se retrouve subitement seul, et sans emploi, pour élever sa fille Aurore. Dans cette douleur, Pascale (la maman de Benoît âgée de 63 ans), devient un soutien capital pour son fils et sa petite fille", racontent les gendarmes. 

La grand-mère prévoit de se rapprocher d’eux, pour être la plus présente possible dans cette situation difficile. Mais, le 30 mai 2020, vers 16h00, elle trouve la mort avec sa petite-fille dans un accident de la route sur D225, près de Poligny.

De l'argent pour payer les obsèques

"Benoît est désormais plus seul que jamais, dans une maison trop chargée de souvenirs négatifs, où il tentait de faire le deuil de son épouse et, aujourd'hui, celui de sa petite fille et de sa mère", racontent les gendarmes, qui précisent lui rendre régulièrement visite. Et qui ont envie de faire plus pour l’aider. En lançant une cagnotte sur Internet. Car en plus de la douleur, Benoît doit faire face à des difficultés financières immédiates. "Cet homme, sur lequel le sort semble s'acharner, est ainsi seul face à la douleur à laquelle s’ajoute des difficultés financières immédiates, comme le paiement des obsèques de sa mère et de sa fille", écrivent les gendarmes de Seine-et-Marne.

Samedi, en fin de matinée, la cagnotte avait déjà recueilli plus de 46 000 euros, de plus de 2 000 donateurs émus eux aussi par cette histoire.