Cet article date de plus de trois ans.

Près de six Français sur dix opposés à la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires, selon un sondage

La mesure doit être annoncée officiellement mardi par le gouvernement, à l'occasion d'un Conseil interministériel de sécurité routière.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un panneau limitant la vitesse à 80 km/h à Pont-de-l'Isère (Drôme), le 8 janvier 2018. (MAXPPP)

"Si pour sauver des vies, il faut être impopulaire, j'accepte de l'être", lançait Edouard Philippe dans Le JDD, dimanche, à deux jours du Conseil interministériel de sécurité routière qui doit officialiser, mardi 9 janvier, le passage de 90 à 80 km/h de la limitation de vitesse sur les routes secondaires à double sens. Le Premier ministre a raison de s'inquiéter : selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico, mardi, 59% des personnes interrogées y sont opposées.

Les routes à double sens hors agglomération ont concentré, en 2016, 55% des accidents mortels (soit 1 911 des 3 477 tués), et y baisser la vitesse permettrait de sauver "350 à 400 vies" par an, estime le gouvernement.

Un objectif financier pour 83% des sondés

Mais cet objectif annoncé par le gouvernement – lutter contre une mortalité routière qui augmente de nouveau – rencontre un fort scepticisme. Ainsi, 59% des personnes interrogées croient que c'est un des buts de cette mesure, mais 83% des sondés estiment aussi que le gouvernement cherche à accroître le montant total des contraventions.

Par ailleurs, ils ne sont que 44% à juger possible que cette mesure permette de sauver des vies.

Jamais à l'abri d'un paradoxe, les personnes interrogées sont 73% à affirmer qu'elles respecteront cette nouvelle limitation de vitesse, mais 72% à penser qu'elle ne sera plutôt par respectée par les autres conducteurs.

Ce sondage a été réalisé en ligne le 8 janvier selon la méthode des quotas auprès d'un échantillon représentatif de 1 018 personnes de 18 ans et plus.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.