Cet article date de plus d'un an.

Le permis à moins de 700 euros à Lille, 1 700 euros à Paris : la CLCV pointe les écarts de prix dans les auto-écoles

Apprendre à conduire coûte moins de 700 euros à Lille, et près de 2,5 fois plus cher à Paris. C'est ce que dénonce la CLCV dans un rapport publié vendredi 6 septembre. L'association de défense des consommateurs dénonce cette différence de traitements entre élèves.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Permis de conduire (photo d'illustration). (JULIO PELAEZ / MAXPPP)

C'est une facture qui est toujours salée, mais à Paris elle l'est encore plus qu'ailleurs. L'asssociation de défense des consommateurs CLCV (Consommation Logement Cadre de vie) publie ce vendredi une étude sur les tarifs des auto-écoles. Et les différences sont énormes selon que vous appreniez à conduire à Lille ou dans la capitale.

Entre avril et juillet 2019, l'association a comparé les tarifs pratiqués dans 665 auto-écoles à travers quarante-cinq départements français. Résultat : pour vingt heures de conduite, le prix le plus bas a été relevé à Lille (669 euros) et le plus élevé à Paris (1.700 euros). La CLCV dénonce "des pratiques beaucoup trop hétérogènes et un coût qui reste un fardeau pour les ménages. Un tel écart pour une formation identique dispensée au niveau national pose la question de l’égalité de traitement des élèves."

Des écarts encore plus importants sur les heures supplémentaires

Et quand les vingt heures de conduite réglementaires ne suffisent pas, l'écart se creuse. Selon l'association, le tarif des heures supplémentaires s'échelonne de 36 euros à Lille jusqu'à 70 euros à Paris.

Plus étonnant encore, les différences de prix sont également très importantes entre les différentes auto-écoles parisiennes. Le même forfait vingt heures peut être trouvé à 750 euros dans le 19e arrondissement et à 1.700 euros dans le 12e. Pour Olivier Gayraud, membre de la CLCV : "Le tarif des auto-écoles est libre. Leurs charges ne sont absolument pas les mêmes selon les villes où elles sont installées. Mais quand vous êtes un consommateur, c'est un critère de choix important. Le Parisien va avoir une formation qui est plutôt plus chère qu'ailleurs, et quand vous regardez le taux de réussite à l'épreuve du permis, c'est lui qui est le moins élevé, avec à peine 45 % de taux de réussite, quand en Lozère, on est à plus de 70 %."

Globalement, il est difficile de comprendre ce que ça va vraiment nous coûter.

Olivier Gayraud, membre de la CLCV

Pour cette étude, l'association de défense des consommateurs ne s'est basée que sur les tarifs affichés en vitrine. Un affichage prévu par la loi et qui est très important, détaille Olivier Gayraud : "Il permet de comparer tranquillement, et de décider si on fait appel aux professionnels ou pas. Mais ces informations sont absentes dans 14% des cas."

De plus, une information cruciale serait presque systématiquement absente : le taux de réussite à l'examen. "Cela ne fait pas partie de l'affichage obligatoire, reconnaît Olivier Gayraud, mais les auto-écoles ont tout intérêt à jouer le jeu de la transparence. Seulement 3 % des affichages le donnaient. C'est très faible."

Vers une baisse de la TVA pour le permis de conduire ?

Pour lutter contre ces inégalités entre villes et apprentis conducteurs, la CLCV soutient une TVA réduite pour le permis de conduire. C'est ce que préconise un rapport parlementaire de février 2019. "Actuellement la TVA s'élève à 20%. La baisser permettra de renforcer l'accessibilité du permis. Conduire est un service essentiel au même titre que les transports en commun ou l’énergie", appuie l'association.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.