Cet article date de plus de trois ans.

Le nombre de tués sur les routes françaises a baissé de 1,2% en 2017

Depuis 2014, la France avait enregistré trois années consécutives de hausse, une situation inédite depuis 1972. La situation s'est donc inversée l'année dernière : 3 693 personnes ont été tuées en métropole et en Outre-mer, soit 45 morts de moins qu'en 2016.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des secouristes interviennent après un accident de voitures, à Nice, dans les Alpes-Maritimes, le 29 octobre 2015.   (JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP)

Le nombre de morts sur les routes de France a connu un léger recul en 2017. Jeudi 1er février, la Sécurité routière a annoncé que 3 693 personnes avaient été tuées sur la route en métropole et en Outre-mer, soit 45 de moins qu'en 2016 (-1,2%). Depuis 2014, la France avait enregistré trois années consécutives de hausse, une situation inédite depuis 1972. 

Selon ce bilan annuel, qui inclut pour la première fois l'Outre-mer, 3 456 personnes ont été tuées sur les routes de métropole (21 de moins qu'en 2016, -0,6%) et 237 en Outre-mer (24 de moins qu'en 2016, -9%). Le nombre d'accidents (61 570, +2,8%), de blessés (77 476, +2,2%) et d'hospitalisations (29 252 +1,5%) est toutefois en hausse.

En métropole, les motocyclistes sont les usagers qui ont connu la plus forte hausse de tués, avec 669 décès (56 de plus qu'en 2016, +9%), devant les cyclistes (172 morts, +6%) et les automobilistes (1 770 décès, +1%). La mortalité des piétons est, elle, en recul (488 décès, -13%).

La vitesse excessive et l'alcool en cause 

"L'analyse des accidents mortels en 2017 montre que la vitesse excessive ou inadaptée reste la cause principale, suivie de la surconsommation d'alcool, qui connaît une légère hausse. Le non-respect des règles de priorité, en légère baisse, constitue le troisième facteur d'accident, surreprésenté en agglomération", précise la Sécurité routière dans un communiqué.

Pour tenter d'enrayer la hausse persistante de la mortalité routière et d'atteindre l'objectif de passer sous la barre des 2 000 morts en 2020, le gouvernement a annoncé un plan de 18 mesures le 9 janvier. Parmi elles, l'abaissement de 90 à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les 400 000 km de routes secondaires à double sens sans séparateur central, à partir du 1er juillet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.