Dans l'Yonne, la préfecture installe des carcasses de voitures accidentées pour marquer les esprits des automobilistes

Alors que 23 personnes sont mortes depuis le début de l'année sur les routes de l'Yonne, la préfecture a souhaité faire réagir les automobilistes en exposant des épaves de voitures accidentées sur des ronds-points.

Une carcasse de voiture accidentée, installée sur un rond-point de VIllefargeau, entre Auxerre et Toucy (Yonne), le 1er août.
Une carcasse de voiture accidentée, installée sur un rond-point de VIllefargeau, entre Auxerre et Toucy (Yonne), le 1er août. (MAUREEN SUIGNARD / RADIO FRANCE)

Des carcasses de voitures accidentées installées sur deux ronds-points de l'Yonne : la préfecture a voulu marquer les esprits, alors que ce week-end est le plus chargé de l'année sur la route, selon le récit de France Bleu Auxerre. Accompagnées de messages de la sécurité routière, les épaves, installées pour deux mois, font réagir les automobilistes : "C’est un vrai accident qui s’est passé ou c’est une voiture qu’ils ont posée pour interpeller les gens ?".

Les mauvais comportements mis en cause

En 2018, 36 personnes sont mortes sur les routes du département de l'Yonne, 292 ont été blessés. Les mauvais comportements des conducteurs sont très majoritairement en cause. Par exemple, écrire un message avec son téléphone en conduisant multiplie par 23 le risque d’accident. Alors forcément, cette opération de sensibilisation de la préfecture fait réfléchir Mélanie, qui voyage avec ses deux enfants à l'arrière de la voiture : "Je ne m’en sers pas mais c’est vrai que s’il sonne ou s’il y a un message, je ne vais pas forcément répondre, mais je vais quand même regarder", a-t-elle expliqué au micro de France Bleu Auxerre.

Cela calme un peu mais malheureusement, c’est vrai que des fois, les mauvaises manies sont bien ancréesMélanie, une automobiliste

Cette campagne de sensibilisation est aussi bien accueillie par les riverains du rond-point. "Il faudrait même que ce soit plus souvent, pour bien montrer aux gens ce qui peut arriver quand ils font des bêtises", avoue Marie-Jo. "C’est vrai qu’il y a beaucoup de gens qui roulent très vite ici", réagit Frédéric, le patron du bar-tabac. Pour lui, il faudrait même faire "des stages d'une semaine ou 15 jours, avec des personnes accidentées, pour comprendre les choses". Car depuis le début de l'année, 27 personnes ont déjà été tuées sur les routes de l'Yonne.