Contrôle technique des deux-roues : Emmanuel Macron suspend la mesure

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Contrôle technique des deux-roues : Emmanuel Macron suspend la mesure
France 2
Article rédigé par
A. Peyrout, Y. Arbaoui, C. Demangeat, H. Pozzo, A. Canestraro, T. Curtet - France 2
France Télévisions

Emmanuel Macron a suspendu jeudi 12 août le contrôle technique des deux-roues, alors que le décret avait été publié la veille. Le revirement du chef de l'État a été annoncé par le ministère des Transports. 

Tout est allé très vite. Mercredi 11 août, un décret publié au Journal officiel, daté du 9 août, prévoyait un contrôle technique pour les véhicules "deux et trois roues" à partir de 2023. Il a été signé par Jean Castex, et les deux ministres concernés, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports. Cette mesure a été exigée par l'Union européenne, provoquant l'incompréhension des motards. Mais jeudi, le ministère des Transports a annoncé que la mesure était suspendue jusqu'à nouvel ordre. 

Emmanuel Macron a appelé son ministre 

"Une rencontre aura lieu entre le ministre et les fédérations de motards à la rentrée pour échanger sur le sujet", a indiqué le ministère. L'Élysée est derrière ce coup de frein. Emmanuel Macron s'est entretenu avec Jean-Baptiste Djebbari pour lui demander de retirer la mesure. Pour les écologistes, c'est la preuve d'un nouveau renoncement sur la question environnementale. Aujourd'hui, la plupart des pays européens ont mis en place ce contrôle technique. "L'Élysée a découvert la publication de ce décret au Journal officiel, et aussitôt, Emmanuel Macron a appelé son ministre des Transports pour lui dire : 'Ce n'est pas le moment d'embêter les Français, les priorités sont ailleurs, avec le pass sanitaire, on leur demande déjà beaucoup'", rapporte le journaliste Thierry Curtet, en direct devant l'Élysée pour le 20 Heures de France 2. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.