Pic de froid et sans-abri : "Le premier maillon de la chaîne de secours est le citoyen" rappelle la Croix-Rouge

Une période de grand froid s'installe sur la France dès mardi et pour plusieurs jours. Florent Vallée, chargé des opérations à la Croix-Rouge, appelle les citoyens à agir pour aider les sans-abri. 

Des bénévoles de la Croix-Rouge distribuent des repas chauds aux sans-abri.
Des bénévoles de la Croix-Rouge distribuent des repas chauds aux sans-abri. (CHRISTELLE BESSEYRE / MAXPPP)

Alors que la France traverse une période de grand froid, la Croix-Rouge appelle chacun à veiller aux sans-abri. Florent Vallée, chargé des opérations à l'organisation, affirme, mardi 17 janvier sur franceinfo, que "le premier maillon de la chaîne de secours est le citoyen."

franceinfo : Quand on parle de mobilisation exceptionnelle, comment cela se traduit-il chez vous ?

Florent Vallée : Un appel à l'ensemble des délégations territoriales a été passé dimanche par le siège de la Croix-Rouge française, avec une mobilisation [de tout le réseau] pour accompagner au mieux nos délégations, les prévenir de cet épisode de froid, leur demander de se mobiliser, les accompagner, les aider s'ils rencontrent des difficultés. Cela veut dire que l'on rappelle des bénévoles, que l'on créé des nouveaux plannings, que l'on essaye de s'adapter au mieux aux températures d'aujourd'hui et des jours qui suivent.

Quels sont vos moyens d'intervention ?

Nous avons des maraudes, des accueils de jour, des accueils de nuit, des centres d'hébergement temporaires qui ont pu être mis en place depuis dimanche, et du matériel qui a pu être mis à disposition auprès d'autres associations. Mais aussi, face aux blocages de poids lourds qui ont lieu actuellement en raison de la neige, on va pouvoir intervenir auprès de ces chauffeurs qui sont bloqués le long de la route.

Etes-vous satisfait des mesures annoncées par les autorités ?

Nous allons voir les chiffres. On peut estimer que l'on est à la hauteur de l'enjeu. La réponse à cette vague de froid est maintenant que personne ne la subisse, ni ne décède, mais c'est aussi de savoir comment cela va se passer demain. Cette semaine, d'accord, il fait froid. Mais après, comment allons-nous faire pour que les sans-abri puissent être hebergés ? Depuis novembre, beaucoup de places ont été ouvertes dans le cadre du plan grand-froid habituel, du 1er novembre jusqu'au mois de mars. Ces places répondent quand même à des besoins. La problématique, aujourd'hui, est de pouvoir offrir un "après-centre d'hébergement d'urgence" aux personnes qui pourraient s'en sortir, qui ont envie de s'en sortir, à qui on pourrait donner une chance pour avancer. C'est là, aussi, où l'on se doit d'être présent, de répondre et de créer d'autres dispositifs un peu plus innovants par la suite.

Que faire pour aider un sans-abri ?

La mobilisation des personnes est indispensable, le premier maillon de la chaîne de secours est le citoyen. Si le citoyen ne fait pas cette démarche, c'est toujours plus compliqué pour nous d'agir, que ce soient les associations ou que ce soit l'Etat. La première démarche est déjà d'aller discuter avec la personne qui est à la rue, de voir si elle a besoin de quelque chose. On peut tous offrir une boisson chaude ou ne serait-ce qu'une parole qui va pouvoir réconforter. On peut lui proposer d'appeler le 115. Si cette personne ne vous répond pas, il faudra peut-être appeler le 15 directement.