La France compte 300 000 SDF, selon la Fondation Abbé Pierre

Selon les calculs de la fondation, le nombre de sans domicile fixe a doublé dans l'Hexagone depuis 2012. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des migrants dorment sous des tentes près du Stade de France, le 11 novembre 2020, aux portes de Paris. (LUCAS BOIRAT / HANS LUCAS / AFP)

Le nombre actuel de personnes sans domicile fixe (SDF) en France "tourne autour de 300 000", chiffre le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert, dans les colonnes du Journal du dimanche, dimanche 15 novembre. Selon les calculs de la fondation, le nombre de sans domicile fixe a doublé dans l'Hexagone depuis 2012. "C'est effrayant ! Ce chiffre doit être un électrochoc", estime son délégué général.

La Fondation Abbé Pierre a comptabilisé "environ 185 000 personnes" dans les centres d'hébergement, "100 000 dans les lieux d'accueil pour demandeurs d'asile", et "16 000 personnes dans les bidonvilles". "S'y ajoutent les sans-abri, plus difficiles à quantifier", selon son délégué général.

La "bombe à retardement" causée par la crise

"Nous craignons qu'une partie ne bascule dans la très grande précarité", alerte Christophe Robert. Car, si pendant le premier confinement "tout le monde s'est mobilisé pour les personnes sans domicile", la configuration est aujourd'hui différente avec "beaucoup d'expulsions de squats et de bidonvilles ces derniers mois".

Selon la Fondation Abbé Pierre, "avec la crise économique et le chômage de masse, beaucoup de gens risquent de ne plus pouvoir payer leur logement". "Et les expulsions vont reprendre à partir du 1er avril prochain. Nous devons anticiper cette bombe à retardement", prévient son délégué général. Christophe Robert demande notamment "la création d'un fonds d'aide au paiement des loyers et des charges, doté de 200 millions d'euros". Et en aval, "des solutions de logement durable", avec la construction de 150 000 logements sociaux par an.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.