Cet article date de plus d'un an.

RSA conditionné : un dispositif qui peine à convaincre

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
RSA conditionné : un dispositif qui peine à convaincre
RSA conditionné : un dispositif qui peine à convaincre RSA conditionné : un dispositif qui peine à convaincre (France 3)
Article rédigé par France 3 - P-L. Monnier, J. Bigard, M. Barrois, D. Bonnet, P. Goldmann
France Télévisions
France 3
Conditionner le versement du RSA à l'exercice de 15 à 20 heures d'activités hebdomadaires. Ce dispositif doit être testé dans 19 départements, mais sur le terrain, les résistances sont fortes et la mise en place prend du retard.

Après un an de galères, un an sans emploi au RSA, Diorobo Gassama a retrouvé le sourire. Elle est agent de cantine en banlieue parisienne, en CDD d'insertion dans une école. "Je préfère le travail que le RSA. Ça donne beaucoup d'idées et de projets. On se sent beaucoup mieux", confie-t-elle. Des trajectoires comme celle-ci, le gouvernement veut les encourager avec un autre dispositif : le RSA sous conditions, testé dans 18 territoires. Le principe est de conditionner le versement du RSA à 15 à 20h d'activité par semaine avec une insertion dans une entreprise, du bénévolat ou une formation.

La Seine-Saint-Denis claque la porte au dispositif

Mais le dispositif fait polémique, notamment en Seine-Saint-Denis. Le département vient de renoncer à l'expérimentation et dénonce une stigmatisation des bénéficiaires. "Le RSA est un droit social fondamental. C'est pour celui ou celle qui a épuisé tous ses autres droits. On ne peut pas radier un allocataire du RSA comme ça d'un trait", témoigne Stéphane Troussel, président PS du Conseil départemental. En France, environ deux millions de foyers touchent le RSA.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.