Repris par le département de la Manche, l’aérodrome de Granville se cherche un avenir avec l’île de Jersey

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Aérodrome de Granville
Article rédigé par
France Télévisions

Depuis 2012, les vols directs entre Granville et Jersey ne sont plus possibles en raison de la disparition du poste frontière. Le département de la Manche, qui va reprendre la gestion de l’infrastructure en janvier prochain, souhaite négocier avec les Britanniques la reprise des liaisons.

Alain Lenesley, président de l'aéro-club de Granville, le démontre sur une carte de l’espace aérien : pour rallier l’île anglo-normande de Jersey, territoire britannique et donc hors espace Schengen, il faut obligatoirement faire une escale par Cherbourg. L’aéroport du Haut Cotentin dispose encore d’un poste frontière avec nos voisins d’outre-Manche, alors que celui de Granville a été supprimé en 2012.

Perspectives économiques

L’aérodrome de Granville creuse son déficit de 50 000 euros par an et certains reprochent à la Chambre de commerce et d’industrie Centre et Sud Manche - qui gérait l’aérodrome jusqu’à présent - de ne pas avoir su ou voulu trouver une solution. En reprenant les rênes de l’aérodrome (pour 1 euro symbolique), le département s’est engagé à rouvrir le dossier et à négocier avec les autorités britanniques pour trouver une solution.

Une reprise des vols entre Granville et les îles anglo-normandes qui pourrait représenter une véritable manne financière pour l’aérodrome et les 140 adhérents de l'aéro-club dont beaucoup rêvent de pouvoir se poser à nouveau à Jersey, mais aussi sur ses voisines Guernesey et Aurigny.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.