"Une de moins !" : un prêtre brise une statue du Christ dans son église

L'abbé Jean-Jacques Le Roy, curé de Plestin-les-Grèves, a jeté au sol jeudi dernier une statue du Sacré-Coeur de Jésus.

La statue brisée se trouvait dans l\'église de Plestin-les-Grèves (Côtes d\'Armor).
La statue brisée se trouvait dans l'église de Plestin-les-Grèves (Côtes d'Armor). (GOOGLE STREET VIEW)

Il plaide une maladresse. Un prêtre d'une petite ville des Côtes-d'Armor, Plestin-les-Grèves, a reconnu mardi 10 novembre avoir brisé une statue du Christ dans son église. Un geste, selon lui involontaire, qui lui vaut quelques ennuis.

L'affaire remonte à jeudi dernier. La commission d'art sacré du diocèse de Saint-Brieuc visite l'église de ce village de 3 600 habitants. Quand soudain, l'abbé Jean-Jacques Le Roy jette au sol une statue du Sacré-Coeur de Jésus. "Une de moins !", lance-t-il.

"Un geste malheureux"

Interrogé par l'AFP, le prêtre, âgé de 55 ans, a reconnu "un geste malheureux qui porte préjudice à du patrimoine". Il a expliqué avoir voulu vérifier si la statue était scellée au mur, mais en la poussant un peu trop fort. "Ce n'était pas volontaire, ce n'était pas un geste délibéré pour choquer", assure le père Le Roy.

"Dans le ministère qui est le nôtre, on est sollicités de toute part. On n'est pas beaucoup de prêtres, il y a une certaine fatigue, de l'énervement, du stress. Ça s'est un peu cristallisé à ce moment-là", a-t-il admis. Il a présenté ses excuses de vive voix et par courriel aux personnes qui avaient assisté à la scène.

Une convocation chez l'évêque

Le prêtre a démenti avoir une dent contre la sculpture en plâtre du XIXe siècle (style "sulpicien"), comme on l'en soupçonne à l'évêché de Saint-Brieuc. "Il n'aimerait pas la statuaire sulpicienne. On aime ou on n'aime pas, mais ce n'est pas une raison pour casser le matériel", a déclaré l'abbé Gérard Nicole, vicaire général du diocèse.

L'abbé Le Roy va devoir s'expliquer. Des paroissiens ont écrit à l'évêque pour s'alarmer du geste de leur curé.  "C'est légitime, on comprend que les personnes soient choquées", a déclaré le père Nicole. L'évêque Denis Moutel, qui souhaite "l'écouter et de comprendre ce qui s'est passé", va rencontrer l'abbé Le Roy prochainement.