Cet article date de plus de quatre ans.

Trois abattoirs clandestins découverts pendant l'Aïd el-Kébir

Ils se trouvaient en Seine-Saint-Denis, dans le Nord et en Côte-d'Or. Les moutons découverts ont été conduits dans des abattoirs agréés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un abattoir en Belgique, le 12 septembre 2016. (JAMES ARTHUR GEKIERE / BELGA MAG)

Trois abattoirs clandestins ont été découverts à l'occasion de la fête de l'Aïd el-Kébir ("la fête du sacrifice", très suivie chez les musulmans) en France, lundi 12 septembre. Ils se trouvaient en Côte-d'Or, dans le Nord et en Seine-Saint-Denis.

Pluvet, Vieux-Berquin et Coubron

Plusieurs dizaines de moutons égorgés selon l'abattage rituel, ou allant l'être, ont été trouvés dans une ferme de Pluvet (Côte-d'Or) qui ne détenait pas d'autorisation, selon France 3 Bourgogne. Alertés par des riverains de la présence d'une centaine de personnes sur une exploitation agricole, les gendarmes se sont rendus sur place en milieu de journée et ont constaté l'existence d'un lieu d'abattage "sauvage", selon la procureure de Dijon. Le lieu avait été mis à disposition par l'exploitant agricole "en toute connaissance de cause", puisqu'il vendait les moutons, égorgés sur place par les acheteurs, a-t-elle ajouté.

Dans le Nord, des gendarmes ont aussi découvert, lundi, un abattoir clandestin et une cinquantaine de moutons à Vieux-Berquin , entre Lille et Dunkerque, selon France 3 Nord-Pas-de-Calais"A l'arrivée des gendarmes sur place, une cinquantaine de moutons accompagnés de leurs propriétaires étaient parqués dans l'attente d'être abattus, a indiqué la préfecture. Quelques bêtes étaient déjà tuées, les autres ont été convoyées par la gendarmerie vers l'abattoir de Bailleul".

Le dernier abattoir clandestin se trouvait à Coubron, en Seine-Saint-Denis, rapporte LCI. Près de 80 animaux étaient en train d'être dépecés dans de "discrets locaux désaffectés" quand les policiers de la Bac sont intervenus.

Une soixantaine d'abattoirs temporaires agréés

L'abattage d'un animal dans des conditions illicites est puni de six mois d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. Les musulmans célèbrent à partir de lundi l'Aïd el-Kébir, une fête religieuse durant laquelle plus de 100 000 moutons sont abattus en France en trois jours. Outre les 120 abattoirs ouverts toute l'année, une soixantaine d'abattoirs temporaires ont été agréés afin d'enrayer les pratiques clandestines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.