Cet article date de plus d'un an.

Limitation de l'école à domicile : "Il ne faut pas confondre l'instruction en famille et les écoles clandestines", dénonce une association

L'association Les enfants d'abord, qui regroupe des familles qui font l'école à la maison, se dit "révoltée" par les annonces du chef de l'État. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un enfant fait ses devoirs à la maison. Illustration.  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

"On est complètement choqué", a réagi vendredi 2 octobre sur franceinfo Claudia Renau, membre de l'association Les enfants d'abord, qui rassemble des familles pratiquant l'instruction à domicile, après le discours d'Emmanuel Macron sur les "séparatismes" et la laïcité. Le président de la République a notamment annoncé que l'instruction scolaire à domicile sera, à partir de la rentrée 2021, strictement limitée aux impératifs de santé. L'école deviendra donc obligatoire au sein de l'école dès l'âge de trois ans.

>> Revivez le discours et les annonces d'Emmanuel Macron sur les "séparatismes" et la laïcité

"Il ne faut pas confondre l'instruction en famille et les écoles clandestines. Ça n'a rien à voir", martèle Claudia Renau. Ella assure que la Miviludes, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, "rend des rapports depuis des années. Elle n'a jamais établi le lien avec l'instruction en famille".

Claudia Renau ne "comprend pas" qu'on laisse entendre que "l'Éducation nationale n'avait pas de moyens de contrôler l'évolution de l'enfant, ce qu'il apprend, l'ouverture aux autres, les valeurs de la République". Pour la représentante des Enfants d'abord, "c'est complètement faux". Elle assure que les familles qui ont opté pour ce mode d'instruction "ont un contrôle chaque année de l'inspection (académique) et un contrôle tous les deux ans de la mairie" qui s'assure des "relations de l'enfant à l'ouverture aux autres". Elle rappelle également que "l'évolution par rapport aux connaissances est également contrôlée".

L'instruction en famille sauve des "enfants détruits par l'école" 

Claudia Renau dénonce le fait qu'Emmanuel Macron oppose selon elle, "l'école comme expérience de l'altérité, à l'instruction en famille qui ne le serait pas, alors que les enfants sont en contact avec la société entière et pas juste avec trente enfants du même âge et du même quartier". Claudia Renau tient à mettre en avant que l'instruction en famille "permet de sauver un certain nombre d'enfants qui sont détruits par l'école. Ça leur permet de reprendre confiance en eux et dans leur capacité d'apprendre".

Le projet de loi sur les "séparatismes" sera présenté en conseil des ministres le 9 décembre. D'ici là, l'association Les enfants d'abord "va réagir", assure Claudia Renau. "C'est inacceptable. On est révolté par cette annonce."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Laïcité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.