Pédophilie dans l'Eglise : polémique après les propos "inadmissibles" de deux prêtres

Un prêtre à la retraite et un autre exerçant à Villeurbanne ont eu des propos douteux concernant les récentes affaires de pédophilie. Le diocèse de Lyon a demandé leurs excuses. 

Un prêtre arrive à une réunion sur la pédophilie dans l\'Eglise, organisée à Ecully par le diocèse de Lyon, le 25 avril 2016. 
Un prêtre arrive à une réunion sur la pédophilie dans l'Eglise, organisée à Ecully par le diocèse de Lyon, le 25 avril 2016.  (MAXPPP)

La journée devait être dédiée à une rencontre évoquant les affaires de pédophilie dans l'Eglise. Lundi 25 avril, une réunion qui rassemblait 220 prêtres s'est tenue à Ecully (Rhône), à l'initiative du diocèse de Lyon, afin de faire le point sur ce sujet sensible. Mais la rencontre a rapidement tourné à la polémique, après les déclarations de deux prêtres.

Avant le début de la réunion, certains se sont en effet exprimés devant les journalistes. L'un d'eux, Georges Favre, prêtre à la retraite, s'est laissé aller à une plaisanterie douteuse sur le sujet : "Ma position ? Je n'ai pas violé beaucoup d'enfants ; je suis assez clean à ce sujet-là. Heureusement, parce que vous auriez pu en faire partie, comme vous êtes très jeunes les uns et les autres." Prêtre à Villeurbanne, Jean Lacombe s'est, quant à lui, interrogé sur les victimes :

A l'époque, ils disaient être les chouchous du père Preynat, ils en étaient fiers. Alors est-ce que ces gamins étaient très normaux ? Être fier quand on se fait peloter, ça me paraît curieux.Jean Lacombe, prêtre à Villeurbannedevant des journalistes

Des propos "inqualifiables" et une demande d'excuses

La réaction des associations ne s'est pas fait attendre. Sur Twitter, La parole libérée, qui représente des victimes présumées du père Preynat, s'est indignée des propos tenus par les deux hommes d'Eglise. 

Pour Bertrand Virieux, porte-parole de l'association interrogé par francetv info, ces propos ''inqualifiables montrent à quel point il y a une méconnaissance du sujet au sein de l'Eglise, même si nous sommes bien conscients que ces deux hommes ne représentent pas l'ensemble des prêtres". Selon lui, beaucoup de victimes se sont senties "profondément blessées" par ces déclarations. "Ça montre que cela reste un problème fondamental et le chemin qu'il reste à faire", poursuit le porte-parole.

Face à la controverse, le diocèse de Lyon a immédiatement réagi. Dans un tweet publié mardi, Pierre Durieux, le directeur de cabinet du cardinal Barbarin, a ainsi "demandé aux prêtres concernés de présenter leurs excuses"

"Je regrette si j'ai pu faire de la peine"

Contacté par francetv info mercredi, le père Jean Lacombe a reconnu le caractère "maladroit" de ses propos. "Je regrette si j'ai pu faire de la peine, mais il ne faut pas croire que je suis indifférent à la souffrance des gens", a-t-il déclaré par téléphone, en demandant qu'un "dialogue constructif" s'installe pour régler la polémique. Depuis lundi, le prêtre affirme avoir reçu plusieurs emails "violents" de personnes qui condamnent ses propos.

Le diocèse de Lyon l'avait contacté "à plusieurs reprises" au cours des dernières 24 heures, tout comme le père Favre, assure le directeur de cabinet du cardinal. Ce dernier a obtenu les excuses des deux hommes, mercredi dans la journée.