Affaire Preynat : une association appelle le cardinal Barbarin à "reverser les bénéfices" de son livre aux victimes

L'association parler et revivre estime que l'ancien archevêque de Lyon pourrait ainsi "aider les victimes". 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Olivier Savignac le 30 octobre 2018.  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Le président de l’association parler et revivre, Olivier Savignac, a appelé jeudi 1er octobre sur franceinfo le cardinal Philippe Barbarin à "reverser les bénéfices" de son livre aux victimes. L’ancien archevêque de Lyon, désormais aumônier en Bretagne, publie aujourd’hui En mon âme et conscience, un livre dans lequel il raconte "la tourmente inimaginable", qu’il a vécue avec l’affaire du père Preynat.

>>>"Je vois bien qu’il me faut porter la honte et le poids de tout cela" : ce que le cardinal Barbarin confie dans son livre sur l'affaire Preynat

"Je lui fais une demande en direct sur franceinfo : je souhaiterais que les bénéfices de son livre reviennent aux associations de victimes, parce que tous les jours, on entend des victimes qui ont traîné ça pendant des années, des décennies", a expliqué Olivier Savignac. "La plupart des personnes qui appellent l’association, c’est 40, 50, 60 ans de silence avant que, finalement, elles n’osent une parole, parce que d’autres l’ont fait", a-t-il souligné.

Philippe Barbarin a été condamné en 2019 pour ses silences sur les agissements d'un ancien prêtre de son diocèse, Bernard Preynat, lui-même reconnu coupable pour agressions sexuelles sur mineurs. L’archevêque a ensuite été relaxé en appel, en janvier dernier. Dans son livre, il reconnaît notamment que "les témoignages des plaignants étaient bouleversants".

"Le cardinal Barbarin, s’il veut aider les victimes, il peut le faire grâce à son livre, en reversant les bénéfices, a poursuivi Olivier Savignac. Je pense qu’il n’y a plus que ça à faire. Et puis après, libre à lui de prier ou de penser aux victimes. Mais je crois qu’il est important, finalement, qu’il montre de quoi il est capable", a conclu le président de l’association parler et revivre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.