Cet article date de plus de deux ans.

Pakistan : le mari d'Asia Bibi, une chrétienne emprisonnée depuis 9 ans, demande l'asile pour sa famille

Condamnée à mort pour blasphème, cette ouvrière agricole a été acquittée par la Cour suprême. Mais les islamistes ont fait pression pour qu'elle ne puisse pas être libérée et demandent toujours à ce qu'elle soit pendue. Sa famille craint les répercussions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le mari et la fille d'Asia Bibi, chrétienne condamnée à mort au Pakistan, le 12 octobre 2018 à Londres, au Royaume-Uni. (BEN STANSALL / AFP)

Il réclame l'asile pour sa famille. Le mari d'Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort au Pakistan pour avoir bu l'eau d'un puits réservé aux musulmans "demande au président Donald Trump de nous aider à partir"dans un message vidéo, samedi 4 novembre. Ashiq Masih a également sollicité l'"aide" du Premier ministre canadien Justin Trudeau et de la Première ministre britannique Theresa May.

Outre sa famille, Ashiq Masih réclame l'asile pour Joseph Nadeem, qui les a hébergé depuis la condamnation à mort de sa femme pour blasphème en 2010. "Si Asia Bibi quitte le pays, chaque membre de sa famille, chaque personne associée à elle, sera tuée", s'est inquiété Wilson Chowdhry, le président de l'association des chrétiens pakistanais de Grande-Bretagne, qui aide Asia Bibi et sa famille depuis des années. Il estime à "moins de vingt" le nombre de personnes devant obtenir l'asile dans cette affaire.

Préalable à son départ du Pakistan, la libération de la chrétienne, qui semblait acquise après son acquittement mercredi par la Cour suprême, paraît toutefois incertaine. Le gouvernement a signé dans la nuit de vendredi à samedi un accord controversé avec des manifestants islamistes qui ont paralysé le pays trois jours durant. Il s'y est notamment engagé à lancer une procédure visant à interdire à Asia Bibi de quitter le territoire et à ne pas bloquer une requête en révision du jugement d'acquittement initiée par un religieux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.