Les associations religieuses sont-elles des lobbies comme les autres ?

Les associations religieuses vont être retirées de la liste des représentants d'intérêts, comprenez, des lobbies. Une décision qui suscite l'indignation au sein même de la majorité.

Voir la vidéo
Franceinfo

"Nous partageons confusément le sentiment que le lien entre l'Église et l'État s'est abîmé et qu'il nous importe à vous comme à moi de le réparer", a déclaré Emmanuel Macron. Et pour réparer ce lien, le gouvernement veut retirer les associations religieuses de la liste des représentants d'intérêts. Traduction, des lobbies. Depuis 2016, les religieux venus rencontrer des parlementaires doivent fournir des informations sur leurs activités, comme tous les lobbies d'ailleurs.

"Nous ne défendons pas des intérêts particuliers"

Mais ça, ça ne plait pas à l'Église. "Dans le cadre des relations institutionnelles entre l'Église et l'État, nous ne défendons pas des intérêts particuliers, mais cherchons à poursuivre le bien commun", a déclaré en 2016 Mgr Ribaudeau-Dumas, porte-parole de la Conférence des Évêques de France. Donc quand Greenpeace demande aux parlementaires de protéger les océans, c'est considéré comme un lobby, mais quand des associations religieuses viennent critiquer le Mariage pour tous, ça devrait être considéré comme le bien commun ? En tout cas, tout cela a convaincu le gouvernement, qui a donc retiré les religieux de la liste des lobbies dans un projet de loi. Une décision vivement critiquée, au sein même de la majorité.

Emmanuel Macron, le 9 avril, devant la Conférence des évêques de France, à Paris.
Emmanuel Macron, le 9 avril, devant la Conférence des évêques de France, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)