"C’est grave que Marlène Schiappa tienne de tels propos" : la présidente de l'Unef répond à la polémique sur la représentante de l'Unef voilée

Lilâ Le Bas, présidente de l’Unef, est revenue, mercredi pour franceinfo, sur les propos de Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes, qui "comprend" la polémique sur la représentante de l'Unef voilée.

La présidente de l\'Unef Lilâ Le Bas, le 7 septembre 2016, à Nantes (Loire-Atlantique).
La présidente de l'Unef Lilâ Le Bas, le 7 septembre 2016, à Nantes (Loire-Atlantique). (LOIC VENANCE / AFP)

Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes, s'est dite "interpellée", mecredi 16 mai sur franceinfo par le choix de l’Unef, syndicat étudiant de gauche, d'une étudiante voilée comme porte-parole. Lilâ Le Bas, présidente de l’Unef, a expliqué être en "total désaccord" avec la secrétaire d’État, qui "alimente des polémiques qui sont graves".

franceinfo : Quelle valeur défendez-vous au sein de l’Unef ?

Lilâ Le Bas : Notre syndicat défend les valeurs de la laïcité, œcuméniques. L’Unef n’est pas un syndicat athée. Il est ouvert à l’ensemble des étudiants. Chacun à sa place à l’Unef. C’est grave que Marlène Schiappa, en tant que secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes, tienne de tels propos et préfère alimenter une polémique qui ne devrait pas en être une, plutôt que de soutenir fermement et clairement une femme qui se fait harceler et insulter depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux. Elle préfère interpeller l’Unef sur ses revendications plutôt que de dénoncer et soutenir cette femme. Selon elle, l’Unef devrait empêcher une étudiante, parce qu’elle porte le voile de s’engager dans son organisation. Je suis en total désaccord.

Il n’y a donc rien d’incompatible, selon vous, entre les valeurs de l’Unef et le fait d’avoir une porte-parole qui porte le hijab ?

Non, évidemment qu’il n’y a rien d’incompatible. C’est problématique que la ministre prétende que, parce qu’une femme musulmane porte le voile elle ne puisse pas être féministe et même pire serait soupçonnée d’islamisme. Au contraire, aujourd’hui quand on est une femme, on doit pouvoir défendre l’ensemble des femmes.

L’Unef s’était battue pour l’interdiction des signes religieux. N’y-a-t-il pas de contradictions ?

Non, il n’y en a aucune contradiction de l’Unef d’aller contre l’interdiction du port du voile à l’université. Elle est pour que l’ensemble des femmes puissent avoir accès à l’enseignement supérieur puissent faire les études de leur choix, qu’elles croient à une religion ou non.