Cet article date de plus d'un an.

Enquête pour agression sexuelle : Mgr Aupetit est "surpris", "outré" mais "serein", selon son avocat

Me Jean Reinhart indique sur France Inter mercredi que son client, Mgr Aupetit, l'ex-archevêque de Paris, qui fait l'objet d'une enquête préliminaire pour agression sexuelle sur personne vulnérable, est "extrêmement surpris" mais qu'il poursuivra, "serein", sa mission pastorale.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Mgr Aupetit, le 15 juin 2019, à Paris. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)


Mgr Michel Aupetit est "surpris", "outré" mais "serein", a affirmé son avocat Me Jean Reinhart à France Inter mercredi 4 janvier, alors qu'une enquête préliminaire pour agression sexuelle sur personne vulnérable a été ouverte par le parquet de Paris à l'encontre de son client.

L'ex-archevêque de Paris n'a pas encore été convoqué par la justice, il a seulement appris dans la presse qu'il était visé par une enquête, assure son avocat. "Il n'en connaît ni les tenants, ni les aboutissants, il ne sait pas qui porte plainte, il ne savait même pas que l'évêché avait reçu un signalement, donc il est extrêmement surpris", explique Jean Reinhart.

"Cette plainte n'a pas lieu d'être et n'ira nulle part"

Néanmoins, son client est "serein", répète-t-il, "parce qu'il sait très bien ce qu'il en est et se dit que, bien évidemment, cette plainte n'a pas lieu d'être et n'ira nulle part. Mgr Aupetit prend ça avec beaucoup de recul". Celui qui est toujours membre de la congrégation des évêques "poursuivra sa mission pastorale dont rien ne le détournera", ajoute-t-il.

Cette enquête a été ouverte après un signalement du diocèse de Paris, au sujet de faits datant de plusieurs années. L'ex-archevêque est soupçonné d'avoir agressé sexuellement une personne placée sous protection judiciaire. Néanmoins, contacté par France Inter, le parquet de Paris insiste sur la nécessité de faire des vérifications. Pour l'instant, la justice ne dispose d'aucune preuve flagrante d'agression, précise une source judiciaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.