"Des gens refusaient de les payer" : deux dentistes roumains installés dans l'Eure jettent l'éponge, victimes de racisme

La mairie de Pont-Audemer avait pourtant travaillé pendant des mois pour les convaincre de s'installer dans l'Eure, le plus important désert médical de France métropolitaine.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Normandie
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Pont-Audemer (Eure) (GOOGLE MAPS)

Deux dentistes roumains récemment installés à Pont-Audemer (Eure), jettent l'éponge, rapporte mercredi 21 juin France Bleu Normandie. Ils s'étaient installés dans la nouvelle maison médicale de Pont-Audemer, il y a moins d'un an. Mais les insultes racistes relativement récurrentes, selon la mairie, ont poussé les deux praticiens à faire leur valise. La municipalité avait pourtant œuvré durant des mois pour faire venir les deux spécialistes. Le département de l'Eure est le plus important désert médical de France métropolitaine, selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Les praticiens prévoient de partir à la fin du mois, le temps de finir les dossiers en cours, et ne prennent pas de nouveaux clients. "On est en 2023, on s'en fiche de la nationalité, de la couleur, s'il y a beaucoup de médecins étrangers, c'est parce qu'ils le méritent", s'indigne Quentin un habitant de la ville qui n'a toujours pas trouvé de dentiste.

"Un immense gâchis"

Siradjoudine Zeinou, autre dentiste de Pont-Audemer, ne pourra pas accueillir leur patientèle : "J'ai déjà plus de 15 000 clients, quand les nouveaux dentistes sont arrivés, on a pu leur donner un peu de nos patients, mais là, on va devoir en refuser. On a que deux bras, on est surchargés."

"C'est un immense gâchis, se désole sur France Bleu Normandie le maire de Pont-Audemer, Alexis Darmois. C'était le fruit de dizaines et de dizaines d'heures de travail".

"Les voir quitter notre territoire parce qu'une minorité n'a rien trouvé de mieux à faire que de les insulter. Ça nous laisse un sentiment de gâchis et de déception."

Alexis Darmois, maire de Pont-Audemer

à France Bleu Normandie

"Des gens refusaient de les payer parce qu'ils étaient roumains et c'est absolument inacceptable." Le maire constate aussi "une libération de la parole raciste dans notre pays, et dans nos territoires ruraux aussi. J'ai été extrêmement surpris qu'elle puisse aller aussi loin et se dessiner avec une telle violence, surtout à l'égard de personnes qui rentrent dans le cadre d'une mission de service public et qui sont extrêmement utiles pour le territoire".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.