Cet article date de plus de deux ans.

Racisme, homophobie, dévalorisation : une personne sur quatre dit avoir été victime de comportements blessants au travail

L'enquête du Défenseur des droits, que franceinfo vous dévoile jeudi 27 septembre, repose sur les témoignages de 5 000 personnes, portant sur des situations vécues ces cinq dernières années.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Défenseur des droits Jacques Toubon le 17 octobre 2017 au palais de l'Élysée. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Durant ces cinq dernières années, 25% des salariés disent avoir été victimes de comportements blessants sur leur lieu de travail. C'est l'enseignement à tirer du 11e baromètre sur "la perception des discriminations dans l'emploi" du Défenseur des droits, que franceinfo dévoile jeudi 27 septembre. Le secteur public est plus touché que le secteur privé, d'après cette enquête fondée sur les témoignages de 5 000 personnes.

Selon ce rapport, les personnes "perçues comme non blanches", puis les homosexuels et les bisexuels sont les plus concernés par les comportements blessants, tels que des blagues, des mises à l'écart, des injures, des refus de promotion, des licenciements ou des écarts de salaire. 

Dévalorisation du travail et des compétences

Parmi les femmes de 18 à 44 ans, "perçues comme non blanches", une personne sur deux se dit en proie à des comportements racistes et sexistes. Les femmes en situation de handicap se sentent également très exposées aux comportements blessants.

Sur l'ensemble des personnes qui ont témoigné, plus d'une sur deux estime avoir déjà connu une situation de dévalorisation de son travail et de ses compétences. Dans cette moitié de travailleurs, 86 % sont déjà victimes de comportements sexistes ou racistes, ou de propos sur leur état de santé et leur religion, et sont donc dans une situation de "harcèlement discriminatoire", selon le Défenseur des droits.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.